Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris prudent sur une fusion entre Air France-KLM et Alitalia

Reuters07/10/2013 à 21:50

PARIS PRUDENT SUR UNE FUSION ENTRE AIR FRANCE-KLM ET ALITALIA

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Une éventuelle fusion d'Air France-KLM et d'Alitalia aurait "du sens" mais à condition de ne pas remettre en cause le redressement de la compagnie franco-néerlandaise, a déclaré lundi à Reuters le ministre français des Transports.

Le groupe Air France-KLM, déjà propriétaire de 25% du capital d'Alitalia en grande difficulté, a fait savoir qu'il était prêt à venir à l'aide de la compagnie aérienne italienne lourdement endettée, qui envisage une augmentation de capital.

Mais son PDG, Alexandre de Juniac, a précisé que ce serait à des conditions très strictes.

Une position confirmée à Reuters par Frédéric Cuvillier, qui se montre très prudent et préfère à ce stade laisser les deux compagnies discuter d'un éventuel accord sans leur forcer la main dans un sens ou dans un autre, bien que l'Etat français soit actionnaire à hauteur de 15% dans Air France.

"Il appartient aux dirigeants d'Air France-KLM et d'Alitalia de voir s'il y a une chance d'aboutir", a déclaré le ministre des Transports. "C'est une situation complexe, dans un contexte difficile pour Air France et dramatique pour Alitalia."

Les deux parties doivent notamment examiner ce qu'une fusion apporterait en termes de parts de marché et de développement économique et industriel, et si cette opération est de nature à conforter le plan de relance d'Air France "Transform 2015".

"Parce que s'il devait y avoir un risque pour les uns ou pour les autres, cette discussion n'aurait pas de sens", a fait valoir Frédéric Cuvillier. "Les efforts faits par Air France-KLM ne peuvent être remis en cause pour une stratégie qui pourrait apparaître hasardeuse si elle n'était pas assez travaillée."

CRÉER UNE DYNAMIQUE

Le plan "Transform 2015", finalisé l'été dernier, prévoit notamment dans sa version initiale la suppression de 5.122 postes au sein d'Air France, auxquels s'ajoutera un plan de 2.800 départs volontaires.

"Air France fait un travail considérable, tous les acteurs d'Air France", a souligné le ministre des Transports. "On voit des premiers signes, qui sont insuffisants mais donnent des perspectives (...). Il faut être très attentif."

"Il faut que la proposition sur laquelle Air France-KLM serait amené à travailler n'aille pas à l'encontre des objectifs de 'Transform 2015'", a-t-il ajouté. "Il faut savoir s'il y a les conditions qui permettent de créer une dynamique où chacun y gagnerait. C'est le postulat de base."

Il a invité la direction d'Alitalia à engager également un "travail courageux".

L'Etat actionnaire ne prendra position que lorsqu'il sera en mesure d'examiner un plan d'ensemble, a souligné Frédéric Cuvillier, qui a dit avoir parlé il y a quelques jours de ce dossier avec son homologue italien. Un dossier qui sera aussi au menu du prochain sommet franco-italien.

Le ministre des Transports, qui a également vu récemment Alexandre de Juniac, a fait valoir que les discussions sur une éventuelle fusion prendrait en tout état de cause du temps - "Je ne sais pas si Alitalia en a", a-t-il souligné.

Edité par Yves Clarisse


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.