Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris plombé par des trimestriels décevants

Le Revenu16/10/2013 à 11:31

DR

(lerevenu.com) - Le CAC40 recule de 0,50% ce matin à 4.235 points, avant tout en raison de publications trimestrielles décevantes, à l'image de celles de LVMH ou de Danone. Ubisoft s'effondre après un profit warning.

Alors qu'on se retrouve désormais dans la dernière ligne droite avant le défaut de paiement américain, les investisseurs tentent de ne pas céder à la panique...  Concernant le défaut américain, il est évalué désormais à moins de 24 heures (A 6 heures du matin, heure de Paris), mais dans les faits, les Etats-Unis disposeraient de réserves leur permettant de ne se retrouver en véritable cessation de paiement qu'entre le 22 et 31 octobre, selon plusieurs évaluations... Les discussions entre responsables politiques sont désormais au Sénat, après de nouveaux échecs hier... Côté valeurs, les mauvaises surprises sont lourdement sanctionnées, à l'image d'Ubisoft qui perd 1/4 de sa capitalisation ce matin! Ou de GL Events qui chute de plus de 10%, LVMH reculant aussi de plus de 5%. Hier, le Marché avait déjà sanctionné les mauvais élèves, comme Nexans qui avait lancé un avertissement sur ses résultats et s'est retrouvé contraint de faire un appel au Marché.

WALL STREET

Wall Street, qui avait progressé lundi dans l'espoir d'un accord de court terme entre législateurs américains sur les questions du plafond de la dette et du "shutdown" gouvernemental, a rechuté hier. Les premières publications de la "saison" des trimestriels sont ressorties de qualité inégale. Par ailleurs, l'indice manufacturier de la Fed de New York a largement manqué le consensus. Enfin, les belligérants américains du Congrès ont continué de tergiverser autour des problèmes cruciaux de la dette et du budget... Le DJIA reperdait 0,87% en clôture à 15.168 pts, tandis que le Nasdaq cédait 0,56% à 3.794 pts.

ECO ET DEVISES

En Europe, on prendra connaissance des chiffres de l'emploi britannique (10h30), de l'indice des prix à la consommation de septembre dans la zone euro (11h00 : consensus +0,5% m/m) et de la balance commerciale d'août en zone euro (11h00).

Aux Etats-Unis, l'indice des prix à la consommation de septembre devrait passer à la trappe, à cause de l'impasse budgétaire. L'indice du marché immobilier NAHB d'octobre (consensus 57) et la publication du Livre Beige de la Fed (20h00) sont en revanche maintenus.

La parité euro / dollar atteint 1,3514 ce matin. Le baril de Brent se négocie 110,06$ et le WTI 101,25$ pour l'échéance de novembre. L'once d'or se traite 1.279$ (-0,2%).

VALEURS EN HAUSSE

* Credit Agricole ((+0,30% à 9,10 Euros) : parmi les rares titres en hausse ce matin...

VALEURS EN BAISSE

* Danone (-3,75% à 51,05 Euros) : l'hécatombe continue pour les entreprises françaises, puisque Danone a à son tour annoncé qu'il ne tiendra pas ses objectifs annuels. Le marché ne devrait pas être vraiment surpris après les déboires qui ont émaillé l'été du groupe dans la nutrition infantile en Asie, mais l'annonce constitue malgré tout une nouvelle déception alors que Danone était en passe de réussir son pari de redynamisation de ses activités. Au 3ème trimestre, le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de 5,259 milliards d'euros, en progression de 4,2% en données comparables. Sur cette base, les produits laitiers frais (+4,6%), la nutrition médicale (+5,8%) et surtout les eaux (+16,9%) ont connu une croissance, tandis que la nutrition infantile a plongé de -8,6%). Les volumes du trimestre étaient en hausse de 1,6%, grâce aux eaux (+9,4%) et à la nutrition médicale (+7,4%), et dans une moindre mesure aux produits laitiers frais (+1,7%), alors que la nutrition infantile affichait un recul de -7,3%. Le consensus était positionné à 5,399 milliards d'euros sur le trimestre, pour une croissance organique projetée à 4,8%, dont 1,2% grâce aux hausses de prix, et 3,6% grâce à l'augmentation des volumes. Mais les analystes visaient en moyenne une contraction de -3,1% pour la nutrition infantile, alors qu'elle est beaucoup plus forte. "La performance du groupe au troisième trimestre reflète les conséquences de l'affaire Fonterra en Asie, mais aussi les tendances solides de l'ensemble de nos activités", a souligné le président Franck Riboud. Le néo-zélandais Fonterra avait émis cet été une alerte sur certains produits fournis à Danone, qui avaient entraîné un rappel massif en nutrition infantile en Asie. L'affaire s'était révélée être un "faux positif" des services de contrôle de Fonterra, mais le mal était déjà fait. Danone estime que cet accroc va encore peser sur ses ventes de court terme, sur ses marges et sa génération de cash-flow, ce qui explique l'avertissement lancé ce matin sur les objectifs. "Les plans de redémarrage des ventes sont à l'oeuvre dans les pays concernés et produisent leurs effets, efficacement mais très graduellement", explique l'industriel. Le groupe table désormais sur une croissance de son chiffre d'affaires comprise entre +4,5% et +5% en données comparables sur l'année, pour une baisse de la marge opérationnelle courante de -80 points de base en données comparables. Le free cash-flow devrait être compris entre 1,5 et 1,6 milliard d'euros hors éléments exceptionnels. Jusque-là, le curseur était positionné sur une croissance du chiffre d'affaires d'au moins 5% en données comparables, une baisse de la marge opérationnelle courante de -50 à -30 points de base en données comparables et un free cash-flow autour de 2 milliards d'euros hors éléments exceptionnels.

* LVMH (-5,60% à 136,80 Euros) : l'été ne s'est pas révélé aussi porteur que prévu. Le groupe spécialisé dans l'univers du luxe a réalisé un chiffre d'affaires de 7,02 milliards d'euros sur la période, alors que le consensus de place était positionné à 7,21 milliards d'euros. La croissance est limitée à 1,7% en données publiées sur la période, même si elle atteint 8% en organique. Le marché anticipait cependant 10% de progression sur cette dernière base. Sur neuf mois, le chiffre d'affaires atteint ainsi 20,71 milliards d'euros, soit 4% de plus qu'un an avant en données publiées, et 8% en organique. La distribution sélective tire la progression organique (+19%), tandis que les vins et spiritueux sont dynamiques (+7%). La maroquinerie (+4%), les parfums (+5%) et le segment montres et joaillerie (+3%) sont plus mitigés. Les divisions mode & maroquinerie et parfums & cosmétiques sont les principales déceptions par rapport aux attentes, souligne l'analyste Mario Ortelli, de Bernstein. Le spécialiste pense que le management du groupe a raison de se concentrer sur les petites marques de mode pour doper sa croissance et prendre le relais du tout puissant Louis Vuitton, en perte de vitesse, mais rappelle que la transformation risque de prendre un peu de temps. Quant aux perspectives, une confiance teintée de prudence domine chez LVMH, à cause de l'environnement économique incertain en Europe. Le groupe a prévu de poursuivre sur le reste de l'année "une stratégie offensive centrée sur l'innovation et une expansion géographique ciblée dans les marchés les plus porteurs", explique-t-il, sans fournir d'objectifs chiffrés, conformément à sa tradition.

* Publicis (-1,50% à 58,77 Euros) : les revenus ont atteint 1,675 milliard d'euros au troisième trimestre, soit 3% de plus qu'un an avant, avec un fort effet de change négatif. En données organiques, la progression ressort à 3,5%. "Dans un contexte géopolitique et économique peu porteur, la performance de ce 3ème trimestre est satisfaisante par rapport aux prévisions internes", explique l'agence, qui a noté un ralentissement "passager" en Chine et une poursuite de la convalescence en Europe. Sur neuf mois, les revenus se montent à 5,02 milliards d'euros, en hausse de 6,7% en données publiées et de 3,3% en données organiques. Les affaires nouvelles (new business) s'établissaient à 3,4 milliards de dollars au 30 septembre, après 2,8 milliards de dollars au 30 juin. Le management rappelle que le quatrième trimestre est soumis à certains aléas de fin d'année, comme d'habitude, mais pense que les objectifs d'amélioration des marges seront atteints. "L'année 2014 s'annonce avec une croissance plus ferme", conclut-il.

* Peugeot (-3,70% à 10,33 Euros) : bonne nouvelle pour le marché automobile européen, qui a renoué avec la croissance en septembre, le troisième mois de progression seulement sur les douze derniers. Les immatriculations de véhicules neufs en Europe ont rebondi sur la période, en hausse de 5,4% à 1.159.066 unités, selon l'ACEA. Les marchés britannique (+12,1%), français (+3,4%) et espagnol (+28,5%) ont tiré la croissance, alors que l'Allemagne (-1,2%) et l'Italie (-2,9%) ont légèrement reculé. Sur neuf mois, les immatriculations sont encore en retrait de -3,9% à 9 millions d'unités. L'ACEA signale malgré tout que le mois de septembre 2013 est le second mois de septembre le plus faible des dernières années en matière de ventes après celui de 2012. Dans l'Union européenne, Peugeot SA est encore en-dessous de la moyenne avec des ventes en retrait de -2,9% à 116.044 unités, soit une part de marché qui recule de 10,9 à 10% en septembre. Le grand gagnant est encore Renault, avec un bond de 22,2% à 93.335 immatriculations, soit une part de marché qui passe de 6,9 à 8,1%. Il faut noter que la marque Renault (+17,5% à 71.846 immatriculations) dépasse la marque Peugeot (-2% à 65.497 immatriculations) sur la période.

* L'Oréal (-2,20% à 121,35 Euros) : The Body Shop a pris 51% du capital d'Emporio Body Store au Brésil avec l'option de porter sa participation à 80% du capital d'ici à 2019. Créé en 1997 à Porto Alegre par Tobias Chanan, Emporio Body Store commercialise des gammes complètes de produits cosmétiques qu'il distribue par un réseau de franchisés. Elle a réalisé en 2012 un chiffre d'affaires consolidé de 20 millions de Réals (environ 7 millions d'euros). Le fondateur d'Emporio Body Store, M. Tobias Chanan, conserve la direction du groupe avec l'objectif de développer l'affaire dans le circuit de la franchise. L'opération, soumise à l'approbation de l'Autorité Brésilienne Antri-trust CADE, devrait être finalisée avant la fin de l'année...

* Ubisoft (-27,50% à 8,04 Euros) : le groupe a décidé que les jeux "Watch Dogs" et "The Crew", précédemment prévus pour l`exercice fiscal 2013-2014, seront décalés sur l'exercice 2014-2015. En conséquence, Ubisoft n'anticipe plus pour l'exercice en cours qu'un chiffre d'affaires compris entre 995 et 1.045 millions d'euros, ce qui ferait basculer le résultat opérationnel non-IFRS en perte comprise entre 40 et 70 millions d'euros. Ubisoft anticipait précédemment un chiffre d'affaires entre 1.420 et 1.450 millions d'euros et un résultat opérationnel non-IFRS entre 110 et 125 millions d'euros. Ubisoft en profite pour communiquer des premiers objectifs de résultat opérationnel non-IFRS pour les exercices 2014-2015 et 2015-2016, attendus respectivement à au moins 150 et 200 millions d'euros, soit des niveaux records.

* GL Events (-10% à 14,88 Euros) : le groupe a lancé un avertissement en marge de la publication de ses revenus des neuf premiers mois de 2013. Compte tenu des effets de change, de l'annulation du Motorshow 2013 de Bologne et d'un léger différé dans le plan de cession d'actifs de GL Events Live, le groupe abaisse son objectif de chiffre d'affaires 2013 à 810 millions d'euros, contre "au-moins 840 millions d'euros" précédemment, avec le maintien de l'EBITDA à son niveau 2012.


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.