Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris : ne lâche rien après les nouvelles statistiques
Cercle Finance04/03/2021 à 15:35

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris ne lâche rien, le CAC40 consolide à plat après trois séances de progression, alors que la tendance reste à la consolidation en Europe: l'E-Stoxx50 ne lâche pas plus de 0,3% et se maintient au-dessus des 3.700.

Une rotation sectorielle semble bien enclenchée, au détriment des valeurs 'growth' et de tout ce qui était ultra-spéculatif, en faveur de la 'value', ce qui est plus favorable au CAC40.

Les tensions sont de retour sur les marchés obligataires de part et d'autre de l'Atlantique, avec des rendements des Treasuries à dix ans qui ont repris cinq points de base à 1,49% hier soir aux Etats-Unis: les marchés semblent faire une fixation sur le palier des '1,50%' et ils espèrent que Jerome Powell fera retomber la pression lors de son intervention ce jeudi.

Les indicateurs économiques figurant au programme aujourd'hui ne vont pas forcément permettre de se faire une idée sur la trajectoire de l'inflation, mais ils pourraient permettre d'en savoir plus sur l'état de la reprise, notamment en Europe.

Les investisseurs ont pris connaissance du taux de chômage au sein de la zone euro, qui n'a jusqu'ici que peu augmenté compte tenu de la sévérité du choc économique provoqué par la pandémie. En janvier 2021, le taux de chômage corrigé des variations saisonnières de la zone euro était de 8,1%, inchangé par rapport à décembre 2020, tandis que celui de l'ensemble de l'UE s'est maintenu à 7,3%, selon les données dévoilées par Eurostat.

Aux Etats-Unis, on attendait le chiffre de la productivité non-agricole : elle a chuté de 4,2% aux Etats-Unis au T4 2020 en rythme annuel, selon la seconde estimation du Département du Travail, qui avait annoncé initialement une chute de 4,8% après une croissance de 4,2% au trimestre précédent.

Cette réduction de la productivité traduit une augmentation de 10,1% du nombre d'heures travaillées, surpassant largement la hausse de 5,5% de la production. Par ailleurs, les coûts unitaires salariaux ont grimpé de 6% (révisé de 6,8% en estimation préliminaire).

Petite déception sur les inscriptions aux allocations chômage: elles ont augmenté de +9.000 à l'issue de la semaine du 22 février aux Etats-Unis, selon le Département du Travail, pour s'établir à 745.000.

La moyenne mobile sur quatre semaines s'établit à 790.750, en recul de 16 750 d'une semaine à l'autre.

Enfin, le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités a diminué de 124 000 la semaine précédente, à 4 295 000.

Du coté des valeurs, Thales (-0,5%) publie au titre de 2020 un résultat net ajusté part du groupe en baisse de 33% à 937 millions d'euros et une marge d'EBIT en diminution de trois points à 8%, pour un chiffre d'affaires de 17 milliards d'euros, en baisse de 7,7% (-10,4% en variation organique).

Le résultat net, part du groupe de Vivendi (-4,3%) est un bénéfice de 1 440 millions d'euros (1,26 euro par action de base), contre 1 583 millions d'euros en 2019 (1,28 euro par action de base). Le résultat net ajusté est de 1 228 millions d'euros (1,08 euro par action de base), contre 1 741 millions d'euros en 2019 (1,41 euro par action de base), en baisse de 29,5%.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer