Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris mise sur deux contrats à l'export du Rafale d'ici 2019

Reuters02/08/2013 à 19:42

PARIS MISE SUR DEUX CONTRATS À L'EXPORT DU RAFALE D'ICI 2019

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Le gouvernement prévoit de ne prendre livraison que de 26 Rafale sur la totalité de la période 2014-2019, faisant le pari d'au moins deux contrats à l'export de l'avion de chasse de Dassault Aviation, selon le projet de loi de programmation militaire (LPM) présenté vendredi en conseil des ministres.

Le ministère de la Défense, qui échappe à la cure budgétaire imposée à d'autres, en profitera pour renouveler le matériel parfois vieillissant de l'armée, dont les effectifs seront, eux, nettement réduits.

L'avion de chasse français, très sophistiqué mais jamais exporté à ce jour, fait l'objet d'une commande ferme de la France de 180 unités devant courir jusqu'en 2019. L'avionneur les livre à un rythme annuel de 11 unités, en deçà duquel il estime que la production du programme relèverait de la mission impossible.

Dassault Aviation ayant livré jusqu'ici 120 unités à l'armée, il en reste donc théoriquement encore 60 d'ici 2019, avant une nouvelle tranche encore en négociation entre l'Etat et l'avionneur.

Mais le gouvernement et Dassault Aviation espèrent d'ici la fin de l'année signer un contrat de 126 Rafale estimé à environ 15 milliards de dollars avec l'Inde, où le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian s'est rendu la semaine dernière, après un an et demi de négociations exclusives.

Le Rafale est également sur les rangs au Brésil, aux Emirats arabes unis, au Qatar et en Malaisie.

"Il a paru raisonnable -c'est un pari- de dire que l'un de ces quatre pays, a fortiori si nous réussissons avec l'Inde, sera concrétisé avant la fin de la programmation militaire, ce qui nous permet dans ce cas-là d'avoir un niveau de livraisons limité à 26 Rafale", a-t-on déclaré dans l'entourage du ministre.

La précédente LPM, bouclée en 2008, avait fait le même pari, mais en se fondant sur le seul espoir de discussions avec les Emirats, qui ont subi un coup de froid fin 2011, lorsque ceux-ci avaient jugé l'offre française "non compétitive et irréalisable".

"Le Rafale est un excellent avion et je suis intimement convaincu qu'il aura des performances à l'exportation", a réaffirmé Jean-Yves Le Drian lors d'un point de presse. "On est dans un budget qui est déjà assez considérable dans la situation des comptes publics d'aujourd'hui, il faut intégrer tout cela."

Le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier a pris acte de la décision du gouvernement liée aux contraintes budgétaires.

"Dassault Aviation et ses partenaires s'emploient à poursuivre leurs efforts pour satisfaire les besoins et demandes françaises ainsi que réussir l'export", déclare-t-il dans une déclaration envoyée par courrier électronique à Reuters.

LE MATÉRIEL DE L'ARMÉE RENOUVELÉ

Les discussions ont repris cette année dans les Emirats et se poursuivent avec le Qatar voisin, deux pays où François Hollande s'est rendu cette année, tandis qu'au Brésil l'appel d'offres est sans cesse repoussé et que le processus devrait être lancé après l'été en Malaisie.

"Si fin 2015, voire même avant, on s'aperçoit que les paris faits sur le Rafale ne sont pas les bons, on révisera", a-t-on précisé dans l'entourage de Jean-Yves Le Drian.

La France n'a en aucun cas l'intention de renoncer à son avenir dans l'aviation de combat, a-t-on ajouté de même source, citant les centaines de millions d'euros prévus d'ici 2019 pour des études pour les futurs avions de chasse avec ou sans pilote.

D'ici là, l'armée prendra livraison d'équipements prioritaires après les manques criants constatés notamment lors des interventions en Libye et au Mali.

La France réceptionnera ainsi sur la période 15 unités de l'avion de transport militaire A400M d'Airbus, dont le premier exemplaire devait atterrir à Orléans ce vendredi après avoir reçu mercredi sa certification de vol militaire, dernière étape réglementaire avant la livraison à l'armée.

Les deux premiers avions-ravitailleurs basés sur l'A330 d'Airbus, partie d'une commande de 12 exemplaires, seront livrés à l'armée à partir de 2017 ou 2018, ainsi que 42 hélicoptères de transport NH90 et 16 hélicoptères de combat Tigre.

D'ici 2019, les premiers véhicules de la gamme Scorpion, le programme de modernisation des blindés de l'armée de terre, arriveront dans les unités, avec notamment une centaine d'unités du véhicule blindé multirôle (VBMR), sur une commande totale de 2.080 unités, conforme à la cible prévue pour ce remplaçant du véhicule de l'avant blindé (VAB) déployé notamment au Mali.

L'armée réceptionnera également sur la période 102 véhicules blindés de combats d'infanterie (VBCI), cinq frégates multimissions (Fremm), un sous-marin nucléaire d'attaque et 250 missiles de croisière.

Edité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.