Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris militerait pour un rachat d'Opel par PSA

Reuters15/01/2013 à 19:13

PARIS MILITERAIT POUR UN RACHAT D'OPEL PAR PSA

par Sophie Sassard et Arno Schuetze

LONDRES/FRANCFORT (Reuters) - La France milite pour un rachat d'Opel par PSA Peugeot Citroën, seul moyen selon elle d'assurer l'avenir du groupe automobile français, ont déclaré des sources proches du dossier.

Les récents propos du ministre de l'Economie Pierre Moscovici, selon lequel "il faudra sans doute aller plus loin" pour faire face à la crise sévère que subit PSA, alimentent des spéculations sur un appui de l'Etat à la création d'un nouveau champion européen pour contrer Volkswagen.

Lundi, le site d'informations économiques latribune.fr a rapporté qu'un scénario de rachat d'Opel par PSA était envisagé "en haut lieu". Mardi, Pierre Moscovici n'a rien fait pour couper court aux rumeurs.

"Non, je ne les confirme absolument pas, je ne les infirme pas non plus", a dit le ministre sur RTL. "Il y aura peut-être des inflexions stratégiques, mais c'est à l'entreprise de les décider, les pouvoirs publics seront normalement informés."

Pierre Moscovici, qui fut député du Doubs et président de l'agglomération de Montbéliard, dont fait partie Sochaux, berceau du groupe PSA, est un proche de la famille Peugeot.

"Les fuites dans la presse française sont un message à General Motors (maison mère d'Opel) : si vous voulez transférer Opel à PSA en échange de cash et d'un accès aux marchés émergents, la France donnera son feu vert", déclare une source proche du dossier.

"Côté français, on sait que GM a été refroidi par l'intervention de l'Etat (au côté de Banque PSA Finance, NDLR). Paris entend dire clairement qu'il ne faut pas y voir un obstacle à une intégration approfondie", ajoute cette source.

MONNAIE D'ÉCHANGE

Un tel projet reviendrait pourtant dans l'immédiat à fusionner deux constructeurs en perte.

"Je me demande où est la logique dans ce genre d'approche", souligne une personne au fait de la stratégie de PSA. "Surtout avec les temps de développement très longs de l'industrie automobile et le focus de cette alliance sur l'Europe."

Opel, centré quasi exclusivement sur le continent, ne permettrait pas à PSA d'accélérer l'internationalisation de ses ventes. Sauf si Opel est une monnaie d'échange pour que l'américain GM accepte de faire profiter davantage PSA de sa présence mondiale.

"Rien n'est imminent", précise une deuxième source proche du dossier. "Mais les responsables politiques préparent en ce moment le terrain pour une nouvelle étape dans l'alliance, où l'appui de l'Etat pourrait s'avérer nécessaire afin d'obtenir une solution de plus grande envergure."

General Motors a dit lundi qu'Opel n'était pas à vendre, ni à donner. Un tel scénario lui offrirait cependant l'opportunité qu'il recherche depuis des années de se séparer de sa filiale européenne déficitaire pour se concentrer sur ses autres marques, et notamment Chevrolet parti à l'assaut de l'Europe avec des modèles fabriqués en Corée du Sud.

Un porte-parole de PSA a déclaré de son côté lundi qu'un projet de rachat d'Opel ne "fait pas partie actuellement de la feuille de route de l'alliance".

PAS D'AUTRE ISSUE

La création d'une véritable coentreprise entre Peugeot, Citroën et Opel a fait l'objet de discussions entre PSA et GM peu après l'officialisation, en février 2012, de l'alliance entre les deux constructeurs.

En novembre, après l'épisode du renflouement de PSA Finance, des sources proches du dossier avaient dit à Reuters que GM renonçait à aller plus loin pour le moment. Les sources avaient évoqué les déboires financiers de PSA et la complexité politique et sociale d'une fusion entre PSA et Opel, plusieurs usines et sites de recherche et développement en France et en Allemagne, berceau d'Opel, risquant alors de doublonner.

Depuis, malgré le risque de nouvelles restructurations, Paris ne voit pas d'autre issue, souligne la première source.

"La France voit une combinaison avec Opel comme la seule option disponible pour que Peugeot améliore sa profitabilité via des économies d'échelle et une fusion des unités de production", dit-elle.

Côté PSA, un rachat d'Opel est séduisant sur le papier. Il permettrait au nouvel ensemble d'accélérer ses synergies tant les gammes des trois marques sont voisines, et de combler de manière accélérée en Europe l'écart de volume avec Volkswagen.

Ce dernier a livré en 2012, toutes marques confondues, 3,7 millions de véhicules sur le continent, contre 1,8 million pour PSA. Opel, dont les chiffres de l'année écoulée ne sont pas encore disponibles, a commercialisé 1,2 million d'unités en 2011.

L'Etat français n'est pas présent au capital de PSA, contrairement à Renault, mais depuis qu'il a apporté une garantie publique à l'activité bancaire du constructeur, il a obtenu la nomination au conseil de surveillance d'un administrateur, Louis Gallois.

Le Trésor américain détient quant à lui 26% de General Motors, héritage de l'intervention du gouvernement fédéral pour éviter la faillite du géant de Detroit en 2009. Il devrait sortir totalement du capital dans les 12 à 15 prochains mois.

Avec Gilles Guillaume à Paris, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.