Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Paris: ignore des taux records en Europe, WStreet à la peine
information fournie par Cercle Finance21/04/2022 à 19:46

(CercleFinance.com) - Après avoir gagné 1,38% hier, la bourse de Paris confirme sa dynamique haussière et achève la séance du jour sur un gain de 1,36%, à 6.715 points. Cette nouvelle poussée permet au CAC de renouer avec ses niveaux d'avant guerre en Ukraine.

De son côté, l'Euro-Stoxx50 progresse de 0,95%, juste derrière Francfort (+1,12%) tandis que Londres est immobile (+0,00%).
Outre-Atlantique, Dow Jones (-0,1%), S&P500 (-0,5%) et le Nasdaq (-1% malgré +6% sur Tesla) ont reperdu toute leur avance initiale et s'enfoncent dans le rouge, dans le sillage d'un subite dégradation des marchés obligataires entamée en milieu d'après-midi et les T-Bonds enfoncent leurs planchers annuels avec des rendement en hausse de 11 à 13Pts sur le '10 ans' (2,9500% et 3,010% respectivement), le '30 ans' se hissant vers 2,975% (+10Pts).

Alors que de nombreuses incertitudes demeurent autour du sort de l'Ukraine, de la poussée de l'inflation ou encore du rythme du resserrement monétaire de la Fed, les marchés profitent en Europe des bons trimestriels d'entreprises.

A Paris, les investisseurs ont aussi été rassurés par le débat d'entre-deux tours de l'élection présidentielle qui a conforté le statut de favori d'Emmanuel Macron. Le CAC40 célèbre donc par avance la continuité politique qui se profile.

En Europe, le 10 ans allemand, considéré comme le taux de référence de la zone euro, a plongé dans l'après-midi et affiche +5,5Pts à 0,96% tandis que les OAT françaises affichent +6Pts à 1,395% du jamais vu depuis 2017.
Et les BTP italiens, les Bonos espagnols affichent pas moins de +10Pts de base pour de nouveaux records annuels à 2,6150% (plus revu depuis mai 2019) et 1,900% respectivement (pire score pour les Bonos depuis septembre 2015).

Ce matin, les investisseurs ont pu prendre connaissance du climat des affaires en France au titre du mois d'avril. Celui-ci se dégrade légèrement, au vu de l'indicateur synthétique de l'Insee, qui perd un point à 106, mais reste néanmoins au-dessus de sa moyenne de longue période (100).

Cette dégradation résulte notamment de la détérioration de la situation conjoncturelle dans le commerce de détail, alors que le climat se montre stable dans les services, s'éclaircit légèrement dans l'industrie et s'améliore dans le bâtiment.

L'inflation dans l'Eurozone est évaluée à 7,4% en mars (contre 5,9% en février), niveau proche de l'estimation initiale de +7,5%.
Selon Eurostat, le premier contributeur à cette inflation est l'énergie (+4,36%) devant les services (+1,12%) puis l'alimentation, alcool et tabac (+1,1%) et les biens industriels hors énergie(+0,9%).

Le taux d'inflation annuel de l'UE s'est établi à 7,8% en mars, contre 6,2% en février... à comparer avec +1,7% en mars 2021. La France fait figure de bon élève avec +5,1% (seul Malte fait mieux avec 4,5%) tandis que l'inflation fait rage en Estonie (14,8%) et en Lituanie (15,6%).

Déjouant les pronostics prudents liés à la situation géopolitique, aux confinement massifs en Chine, aux pénuries de pièces détachées et de matières premières, les indicateurs avancés US ont de nouveau progressé de +0,3% au mois de mars, à 119,8 selon l'enquête mensuelle du Conference Board publiée ce jeudi.

En revanche, l'indice 'Philly Fed' (activité industrielle dans la région centre-Est des Etats Unis) chute de -10Pts à 17,6 ce mois-ci, alors que les économistes en prévoyaient un tassement vers le seuil des 20.
Le nombre d'inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage est resté quasi stable (-2000 à 184 000) mais le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités recule de -58.000 pour s'établir à 1.417.000. soit une baisse de 58.000 par rapport au chiffre de la semaine précédente.

Outre l'élection présidentielle de dimanche, la fin de semaine s'annonce aussi chargée en matière de résultats d'entreprises.
Aux Etats-Unis on attend notamment d'ici demain les résultats trimestriels d'American Express, AT&T et Verizon.

La politique monétaire reste également au coeur des débats à l'approche des prises de parole très attendues de Jerome Powell, le patron de la Fed, et de Christine Lagarde, la présidente de la BCE, à l'occasion des réunions de printemps organisées par le FMI et la Banque mondiale.

Dans l'actualité des sociétés françaises, les champions des matériaux de construction se distinguent avec St Gobain et Legrand à +3,6%.
Alstom qui signe un gros contrat de fourniture de 100 rames de tramways en Australie (Etat du Victoria) progresse de 3,2%.
Carrefour (-2,9%) a publié hier soir un chiffre d'affaires TTC en progression de +3,4% en comparable (LFL) à 20 239 ME au 1 er trimestre (+7,1% à changes constants).

Le distributeur de matériel électrique Rexel (+6,3%) indique avoir enregistré des ventes de près de 4,38 milliards d'euros au titre des trois premiers mois de 2022, en croissance de 31,4% en données publiées, et de 16% en données comparables et à nombre de jours constant.

Getlink (+2,3% à Paris) annonce un chiffre d'affaires consolidé du Groupe en croissance de 46 % à taux de change constant, à 227,8 millions d'euros au premier trimestre 2022 par rapport à la même période en 2021.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.