Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris Europlace: l'avenir de la gestion d'actifs a déjà commencé

Newsmanagers10/07/2012 à 17:15
(NEWSManagers.com) - La table-ronde animée par Paul-Henri de La Porte du Theil, président de l'Association française de la gestion financière (AFG), lors des rencontres Paris Europlace mercredi après-midi, sous le vocable de Paris Fund Industry, aura permis aux grandes maisons de gestion représentées (Aviva Investors Europe, Rothschild & Cie Gestion, Groupama Asset Management) d'évoquer l'état d'avancement de certains de leurs projets-phare et d'entendre un avis constructif de l'Autorité des marchés financiers (AMF) sur la directive AIFM.

Jean-François Boulier, directeur général d'Aviva Investors Europe et seul représentant d'un groupe étranger, a insisté sur le fait que le site de Paris dans le dispositif mondial d'Aviva Investors a obtenu des compétences élargies, à telle enseigne par exemple que l'équipe obligataire gère de la dette italienne à partir de France, de même que les activités de l'antenne irlandaise fermée par le groupe ont été transférées à Paris.

Cela posé, Aviva Investors France et Europe ne peuvent se reposer sur leurs lauriers. Ils travaillent sur la dette d'infrastructure, parce qu'il y aura obligatoirement de l'appel à l'épargne pour le financement des projets vu la détresse budgétaire des Etats, ainsi que sur la dette des petites et moyennes capitalisations qui vont souffrir le plus de l'effet d'éviction provoqué par la dette publique ainsi que de la désintermédiation liée au retrait des banques. Par ailleurs, Jean-François Boulier estime que le temps est venu pour les gestionnaires d'actifs de prendre leurs responsabilités et de faire valoir que leurs systèmes d'évaluation valent bien ceux des agences de notation.

Pour sa part, interrogé sur l'investissement socialement responsable, Francis Ailhaud, CEO de Groupama AM, a rappelé que si cette stratégie n'a pas vraiment prouvé être plus performante, il est certain qu'elle prémunit contre certains risques. Groupama AM a déjà réussi à intégrer les critères extra-financiers dans toutes les classes d'actifs (sauf le monétaire) et à pratiquer une politique de vote active lors des assemblées générales tout en poursuivant le dialogue d'engagement avec les entreprises. En revanche, la mise en oeuvre d'un véritable reporting ISR, vu sa complexité technique et le degré de personnalisation, n'en est encore qu'à ses balbutiements.

Jean-Louis Laurens, associé et CEO de Rothschild & Cie Gestion, répondant à une question sur l'acquisition récente du gestionnaire alternatif HDF Finance, a souligné que les frontières se sont estompées entre gestions traditionnelle et alternative. Son ambition est dès de fournir une boîte à outils qui permette de traverser les frontières traditionnelles jusque dans le coeur des allocations, ce qui passe par une architecture ouverte et des offres dédiées comportant aussi bien du long-only que de l'alternatif. Après avoir au passage souligné que les fonds de hedge funds doivent certainement devenir plus transparents et moins chers, Jean-Louis Laurens a estimé que l'avenir est désormais aux " solutions" , ce qui obligera les producteurs de " briques" à évoluer pour proposer " des maisons clés en mains" . Les gestionnaires qui le pourront se transformeront à agrégateurs rémunérés sur l'actif géré et la performance tout en fournissant des solutions.

Quant à Edouard Vieillefond, secrétaire général adjoint de l'AMF, il a mis en exergue à propos de la directive AIFM, qui concerne les hedge funds, le private equity, l'immobilier et les fonds non coordonnés à vocation générale, est en réalité une chance pour les gestionnaires français puisque le projet de directive s'inspire déjà 90 % de ce qui se pratique en France. C'est donc un avantage, un atout formidable pour les acteurs français. Reste à se poser la question de savoir comment le valoriser et le commercialiser. Mais la lisibilité et la simplicité de la gamme ne sont pas très bonnes. Il faut trouver des noms et une marque commerciale pour vendre, et faire un effort plus important en matière de simplicité et de frais.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.