Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Paris et Berlin affichent leur entente sur les thèmes économiques

Reuters27/01/2014 à 17:36

PARIS ET BERLIN AFFICHENT LEUR ENTENTE SUR LES THÈMES ÉCONOMIQUES

PARIS (Reuters) - Le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel a comparé lundi le "pacte de responsabilité" proposé par François Hollande pour relancer l'économie française au "pacte social" qui est à l'origine des succès économiques de l'Allemagne.

L'Allemagne et la France ont tenu un conseil économique et financier au cours duquel les deux pays ont exprimé leur volonté que les projets de réforme bancaire et de taxe sur les transactions financières envisagés au niveau européen ne nuisent pas au financement de l'économie.

Le nouveau numéro deux du gouvernement allemand, Sigmar Gabriel, par ailleurs chef du Parti social-démocrate, s'est réjoui des annonces faites par François Hollande lors de sa dernière conférence de presse, notant qu'elles avaient même suscité une certaine "euphorie".

"Nous pensons qu'il est de notre devoir d'apporter notre soutien à notre partenaire français", a dit le ministre en charge de l'Economie et de l'Energie.

Selon lui, les propositions de François Hollande sont "très proches de ce qui a justement contribué à l'élan économique de l'Allemagne ces soixante dernières années, où patronat et syndicats travaillent main dans la main pour faire avancer l'économie". "On a besoin d'un partenariat social fort", a-t-il ajouté.

Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a estimé de son côté que les baisses de cotisations des entreprises proposées par le pacte de responsabilité "devraient se traduire dans des résultats pour soutenir le processus de consolidation financière" en cours en France.

CONFIRMATION DU "SÉRIEUX BUDGÉTAIRE"

Le ministre français de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, s'est dit "sensible" au soutien exprimé et a indiqué qu'il avait assuré ses homologues allemands, Sigmar Gabriel et Wolfgang Schäuble, que "la France restait attachée à la réduction des déficits, à la politique de sérieux budgétaire".

"Les engagements que nous avons pris devant l'Union européenne sont des engagements qui sont toujours et totalement d'actualité", a-t-il indiqué.

La France a promis de réduire son déficit public sous la limite européenne de 3% du PIB fin 2015 contre 4,1% fin 2013.

S'agissant des enjeux européens, les ministres français et allemand des Finances ont accentué la pression sur la Commission européenne au moment où elle s'apprête à détailler ses projets de réforme bancaire, en plaidant pour l'isolement des activités spéculatives des banques dans des entités séparées plutôt que pour leur interdiction pure et simple.

"Nous souhaitons ensemble que la Commission puisse s'appuyer, prendre en compte, ce qui a déjà été fait dans nos deux pays", a dit Pierre Moscovici.

Il a estimé sur ce point que les dernières lois bancaires votées par Paris et Berlin étaient tout à fait conformes à l'esprit du rapport Liikanen, qui a inspiré les propositions de l'exécutif européen.

Pour les mêmes raisons, France et Allemagne défendent une approche pragmatique de la future taxe sur les transactions financières.

"L'objectif est de garantir une contribution équitable des marchés financiers aux efforts budgétaires, d'améliorer la stabilité financière et d'harmoniser les législations nationales, tout en préservant pleinement les mécanismes de politique monétaire et le financement de l'économie", explique le ministère français de l'Economie dans un communiqué diffusé à l'issue de la rencontre.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.