Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Paris émettra 174 milliards de dette en 2014, plus qu'en 2013

Reuters25/09/2013 à 18:03

LA FRANCE ÉMETTRA 174 MILLIARDS D?EUROS DE DETTE EN 2014

par Raoul Sachs

PARIS (Reuters) - La France va émettre 174 milliards d'euros de dette à moyen et long terme (nets des rachats) en 2014, soit cinq milliards d'euros de plus qu'en 2013 en raison de la dégradation du déficit budgétaire 2013, a annoncé mercredi Ambroise Fayolle, directeur général de l'Agence France Trésor (AFT).

Lors d'un point de presse, il a précisé que la hausse du déficit de l'Etat en 2013 avait dû être financée par une augmentation de l'encours de la dette court terme (BTF, bons du Trésor) de 8,1 milliards d'euros et par des primes à l'émission de couches anciennes à coupon élevé.

Ambroise Fayolle a souligné que, fidèle à sa politique d'émission, la France ne modifierait pas son programme d'émission de dette à moyen et long terme 2013 fixé à 169 milliards d'euros nets des rachats.

Les BTF émis pour faire face au dérapage du déficit budgétaire cette année (71,9 milliards en exécution contre 62,3 milliards prévus en loi de Finances initiale) seront refinancés, à échéance début 2014, par l'émission d'obligations assimilables du Trésor (OAT) de maturité moyenne et longue - ce qui explique l'augmentation du programme de financement 2014.

Ambroise Fayolle a précisé qu'à fin septembre, l'AFT, qui gère la dette de l'Etat, avait procédé à 19 milliards d'euros de rachat de dette à moyen et long terme portant essentiellement sur des échéances 2014 et dans une moindre mesure 2015.

Le montant des remboursements de titres arrivant à échéance en 2014 a ainsi pu être ramené à 104,8 milliards d'euros contre 122 milliards d'euros initialement.

"CREDIT DE LA FRANCE"

Le programme d'émission va couvrir l'essentiel des besoins de financement de l'Etat en 2014 (177 milliards d'euros), soit un déficit budgétaire de 70,2 milliards d'euros et des remboursements de dette pour 104,8 milliards d'euros.

L'AFT prévoit par ailleurs une stabilité de l'encours de BTF en 2014.

Ambroise Fayolle a souligné que depuis le début de l'année, la France a bénéficié de conditions de financement "extrêmement favorables", y compris depuis la récente remontée des taux longs liée à la question de la sortie progressive de la politique ultra-accommodante de la Fed.

Il a précisé que le taux moyen de financement de la France lors des adjudications de dette s'élevait sur les neuf premiers mois de l'année à 1,49% contre une moyenne de 4,15% au cours des dix années qui ont précédé la crise (1998-2007).

"C'est le reflet du crédit de la France et de la qualité de la gestion de sa dette", a-t-il dit.

La charge de la dette en 2013 a pu ainsi être réduite de 1,9 milliard à 45 milliards.

Le directeur de l'agence de la dette a indiqué sur le montant total des économies sur la charge était dû davantage à une inflation plus basse que prévu (pour 1,3 milliard d'euros) qu'à la baisse des taux (600 millions d'euros).

Comme chaque année, le projet de budget 2014, présenté ce mercredi en Conseil des ministres, est bâti sur des prévisions prudentes en matière de taux : 3,3% pour le taux à 10 ans et 0,34% pour le taux à trois mois. D'où une augmentation de la charge de la dette à 46,7 milliards d'euros l'année prochaine.

Le taux moyen à 10 ans lors des émissions s'établit à ce stade à 2,3% et celui du BTF à trois mois à 0,05%.

"Ce qu'on voit avec le mouvement de remontée des taux depuis le mois de mai, c'est aussi des achats importants des investisseurs français. Le taux de détention des investisseurs étrangers reste stable", a expliqué le directeur de l'AFT.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

5059.09 -0.93%
EDF
15.59 -0.26%
25.08 -0.04%
64.73 -0.32%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.