Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Paris: dans le rouge, s'approche des 6.400 points
information fournie par Cercle Finance26/04/2022 à 17:56

(CercleFinance.com) - Après avoir gagné jusqu'à 1,3% en début d'après-midi, la bourse de Paris achève la séance du jour sur une perte de 0,54%, à 6.414 points, dans le sillage de Francfort (-1,2%) et de l'E-Stoxx50 (-0,85%).

Les indices US sont aussi nettement dans le rouge avec un Dow Jones qui chute de -1,6%, un S&P500 qui décroche de -2% et le Nasdaq qui cède 3%. Seule Londres sauve - modestement- les meubles en grappillant moins de 0,1%.

Dans la matinée, les marchés avaient salué la décision surprise de la banque centrale chinoise de réduire d'un point de pourcentage le taux de réserves obligatoires pour les dépôts en devises étrangères, qui passera de 9% actuellement à 8% à partir du 15 mai.

Cette décision vise à renforcer la gestion des liquidités en devises étrangères dans les institutions financières, explique la Banque populaire de Chine dans un communiqué.

Pékin a par ailleurs dévoilé une série de directives destinées à résoudre les goulets d'étranglement, à stimuler la consommation et à faire face à l'impact de la recrudescence de l'épidémie de Covid-19 dans le pays.

Suite à la présentation de ces mesures, l'indice Hang Seng de Hong Kong a repris près de 1% au lendemain d'un lourd repli (-4%) et le Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini la séance sur des gains de l'ordre de 0,6%.

Cet apaisement du climat général devrait profiter aux actions, notamment du côté du secteur technologique alors que les poids-lourds Apple, Alphabet, Amazon, Meta et Microsoft s'apprêtent à publier leurs résultats au cours des jours à venir.

Autre signe du recul des tensions, le rendement des Treasuries à 10 ans reflue autour de 2,7415% après avoir touché des pics pluriannuels la semaine dernière.

Les marches d'actions devraient également bénéficier d'une nouvelle poussée sur le front des fusions-acquisitions (M&A), qui fournit quelques raisons de repartir à l'achat.

Twitter a annoncé hier soir avoir trouvé un accord en vue de se vendre à Elon Musk, qui proposera une prime de 38% pour prendre le contrôle de la société dans le cadre d'une transaction estimée à 44 milliards de dollars.

L'objectif de l'opération vise à retirer le site de micro-blogging de la cote.

Du coté des indicateurs, les investisseurs viennent de découvrir les commandes de biens durables: elles ont progressé de 0,8% aux Etats-Unis en mars en raison notamment d'une progression des équipements de télécommunications et des voitures, montrent des statistiques publiées mardi par le Département du Commerce.

Ce chiffre, qui fait suite à une contraction de 1,7% sur le mois de février, est toutefois inférieur aux attentes des économistes, qui visaient un rebond compris entre 1,1% et 1,3% le mois dernier.

Le chiffre du mois écoulé s'explique principalement par une hausse des commandes de matériel informatique et de produits électroniques, en hausse de 2,6%.
Le Département du Commerce annonce un recul de 8,6% des ventes de logements neufs aux Etats-Unis au mois de mars, soit un volume annualisé CVS de 763 000 contre 835 000 en février (chiffre révisé).

Le prix médian des ventes de logements neufs américains s'est établi à 436 700 dollars le mois dernier. A 407.000 à fin mars, le stock de logements neufs prêts à la vente représentait 6,4 mois au rythme d'écoulement actuel.

La confiance du consommateur américain s'est légèrement dégradée au mois d'avril, montre l'enquête mensuelle du Conference Board publiée ce mardi.

L'indice de confiance compilé par l'organisation patronale a reculé à 107,3 ce mois-ci après 107,6 en mars, alors que les économistes prévoyaient un repli plus marqué, autour de 106 points.

Le sous-indice mesurant le jugement des consommateurs sur leur situation actuelle s'est replié à 152,6 contre 153,8 en mars, tandis que celui de leurs anticipations est remonté à 77,2, contre 76,7 le mois dernier.

L'Euro vient d'enfoncer un nouveau plancher annuel -sous les 1,0670- et revient au contact de son plancher des 1,0640/$ de fin mars 2020.

Sur le front des taux, après la forte embellie de lundi (-9Pts sur les OAT, -7Pts sur les Bunds), la tendance reste positive avec -3,5Pts sur les Bunds et -1,5Pts de base sur nos OAT à 0,8100% et 1,3050% respectivement.
Les T-Bonds se montrant tout aussi dynamiques avec -6,5Pts vers 2,7600%.

Du coté des valeurs à Paris, Orpéa ferme la marche et lache 8,2%, vers 31,6 eurso après le report de la publication de ses comptes, ce qui ne plaît jamais aux marchés.

Orange a annoncé un chiffre d'affaires en hausse de 0,7% à 10 582 ME au 1er trimestre profitant de la croissance de l'Afrique & Moyen Orient (+8,7%). ' La croissance des services de détail est bien supérieure à la baisse des services aux opérateurs (Wholesale) ' indique le groupe. L'EBITDAaL est en hausse de 1,0% à 2 620 ME sur le 1er trimestre.

Faurecia (-10,7% et cassure du support crucial des 22E) publie des ventes de 5,3 MdsE au 1er trimestre 2022, en croissance de 33% en données publiées et de 1,1% en données organiques. Les ventes comprennent les deux premiers mois (février et mars) de la consolidation de Hella à hauteur de 1,1 milliard d'euros.

Le groupe Lagardère réalise un chiffre d'affaires de 1 304 ME au 31 mars 2022, en croissance de +44,0% en données publiées et de +38,0% en données comparables. L'activité Lagardère Publishing réalise un chiffre d'affaires de 554 ME, soit +8,7% en données publiées et +1,4% en données comparables.

Le Groupe M6 affiche un chiffre d'affaires consolidé de 322,5 ME au 1er trimestre de l'exercice 2022, en croissance de +8,7%. Les recettes publicitaires plurimedia augmentent de +5,3%, tirées par la Télévision (linéaire et non-linéaire). Le pôle TV affiche des recettes publicitaires en hausse de +7,5% par rapport aux trois premiers mois de l'année 2021.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.