1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris, Berlin, Rome sourcilleuses sur les OPA étrangères-presse
Reuters22/08/2017 à 09:21

    MILAN, 22 août (Reuters) - La France, l'Allemagne et 
l'Italie ont demandé à la Commission européenne (CE) de 
renforcer les règles autorisant les pays de l'Union européenne 
(UE) à bloquer l'achat d'entreprises européennes par des 
sociétés étrangères, rapportent deux quotidiens italiens mardi. 
    Les trois pays font référence à des prérogatives permettant 
d'interdire ou au moins de fixer des conditions à tout 
prétendant "qui suit des règles impropres au marché et ne 
respectant celles de la réciprocité en matière d'acquisition", 
écrivent Il Sole 24 Ore et La Stampa. 
    Les deux quotidiens citant une lettre envoyée à la 
Commission le 28 juillet et qui fait suite à un autre courrier 
adressé en février dans lequel Paris, Berlin et Rome voulaient 
que l'UE limite les investissements étrangers dans les 
entreprises détenant des technologies de pointe en les 
soumettant notamment à des règles de réciprocité.   
    Même si la dernière missive en date ne cite nommément ni 
pays ni entreprise, elle semble avoir été motivée par de 
récentes OPA chinoises en Europe. 
    Le document de 10 pages dévoilé par la presse italienne 
stipule que les prérogatives européennes seraient renforcées 
pour toute entreprise ciblée considérée comme stratégique et 
dans le cas d'OPA financées par des fonds ou organismes publics. 
    "Ce n'est pas une forme de protectionnisme; il s'agit plutôt 
de se donner la possibilité de surveiller des opérations qui 
sont incompatibles avec le droit européen", déclare le ministre 
de l'Industrie italien Carlo Calenda, cité par La Stampa. 
    Suivant le nouveau corpus, qui ne se substituerait pas au 
droit national, les Etats membres devraient informer la CE tous 
les six mois de tous les investissements effectués depuis 
l'extérieur dans des entreprises de l'UE, à l'exception de ceux 
touchant au secteur de la défense. 
     
     
 
 (Giulia Segreti, Wilfrid Exbrayat pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5.1 -8.19%
5385.46 +0.50%
1.11616 -0.07%
25.24 +0.62%
2.458 +2.72%

Les Risques en Bourse

Fermer