1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Orange : rentabilité et dividende en hausse
Cercle Finance04/01/2019 à 13:23

(CercleFinance.com) - Difficile de trouver une valeur en baisse au sein du CAC 40, qui se reprend ce midi de 1,4% et revient ainsi à l'équilibre depuis le début de cette jeune année mal commencée. L'opérateur télécoms Orange fait cependant partie des titres restant à l'écart de ce mouvement.

Certes, l'ex-France Telecom ne connaît toujours pas une croissance organique des plus soutenues : après 1,2% en 2017, elle a d'abord atteint 2% au 1er trimestre (T1) 2018, avant de revenir à 1,4% au T2 puis à 0,6% au T3. En cause : des tendances plus difficiles en France à partir du T2, en lien avec un accroissement de la concurrence hexagonale provenant notamment de SFR et de ses 'prix cassés'. Mais aussi avec une décélération des autres marchés européens, notamment l'Espagne où la compétition est également devenue plus rude.

Bref, sur les neuf premiers mois de 2018, le CA de 30,6 milliards n'a augmenté que de 1,3% en données comparables, soit + 0,9% en termes publiés. Mais parallèlement, concurrence ou pas, la rentabilité s'est améliorée : l'EBITDA ajusté a progressé dans ces mêmes termes de respectivement 3,2% et 2,8%, la marge correspondante s'améliorant de 0,7 point de pourcentage à 31,9%.

Alors que le cash flow opérationnel est resté stable sur la période, à 4,5 milliards d'euros, les investissements augmentent toujours : + 5,5% à 5,1 milliards (7,4 milliards étant visés sur l'ensemble de 2018), soit près de 17% du CA.

Soit, mais la rude compétition a-t-elle vocation à se poursuivre, notamment en France où la concentration des opérateurs mobiles est toujours dans l'air ? Et en Europe, où un mouvement similaire n'est pas impossible ? On peut se poser la question.

Ajoutons qu'Orange, dont l'endettement financier net (25,3 milliards au 30 juin, soit un peu moins de deux fois l'EBITDA ajusté) ne pose plus problème, prévoit, en 2019 et en 2020, une 'croissance de l'EBITDA ajusté' associée à une 'diminution des investissements et (à la) croissance du cash-flow opérationnel.'

Des perspectives plutôt de bon augure, d'autant que le groupe a, voilà un mois, a versé un acompte sur dividende 2018 de 0,30 euro (+ 0,05 euro par rapport à celui de 2017) sur un total déjà annoncé à 0,70 euro pour l'ensemble de l'exercice.

Certes, ce coupon 2018 sera équivalent à la moitié seulement de celui versé au titre de 2011, mais pour la première fois depuis lors, il reprend de la hauteur (il était de 0,65 euro au titre de 2017). Le rendement annuel du titre Orange tangente ainsi 5%, un taux appréciable dans l'environnement obligataire et boursier actuel.

En outre, ces coupons semblent soutenables : le consensus anticipe des bénéfices par action de 1,08 euro pour 2018 avant 1,20 euro en 2019 et 1,30 euro en 2020. Soit des PER modérés de l'ordre de 12 fois.

A suivre sur l'agenda d'Orange : les comptes de l'exercice 2018, attendus le 21 février prochain.

EG

Valeurs associées

Euronext Paris -0.07%

Cette analyse a été élaborée par Cercle Finance et diffusée par BOURSORAMA le 04/01/2019 à 13:23:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer