Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Optimisme sur un accord définitif sur l'union bancaire

Reuters18/12/2013 à 16:37

ACCORD SUR LE FINANCEMENT DE LA FERMETURE ÉVENTUELLE DE BANQUES EN ZONE EURO

par Emmanuel Jarry et Jan Strupczewski

BRUXELLES (Reuters) - Un vent d'optimisme soufflait mercredi à Bruxelles sur la possibilité pour les ministres européens des Finances de conclure dans la journée 18 mois de négociations sur l'union bancaire après un accord au niveau de la zone euro.

Les ministres des Finances de la zone euro sont parvenus à l'aube à s'accorder sur les modalités d'un mécanisme unique de restructuration ou de fermeture des banques en faillite qui ne pèse plus sur les Etats et les contribuables.

Ils se sont notamment mis d'accord sur le principe d'un "filet de sécurité" commun, un des points qui posaient le plus de problèmes, en particulier de la part de l'Allemagne.

"Ça a été un soulagement d'y parvenir", a déclaré le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

Il a admis que cet accord ferait sans doute encore l'objet d'interprétations différentes dans les années à venir.

"C'est pourquoi nous, le gouvernement allemand, nous continuerons à pousser en faveur d'une gouvernance renforcée de la zone euro. Mais ça ne se fera pas d'ici Noël !"

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, n'a pas hésité à parler d'une "avancée décisive dans la construction d'une union bancaire en Europe".

Les ministres des Finances de la zone euro ont été rejoints par leurs autres collègues de l'Union européenne pour tenter de sceller à 28 un accord définitif sur ce mécanisme de résolution unique (MRU) avant le Conseil européen de jeudi et vendredi.

UN DES TROIS PILIERS DE L'UNION BANCAIRE

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, s'est dit confiant et le ministre lituanien, Rimantas Sadzius, dont le pays exerce la présidence tournante de l'UE, "très optimiste". Un sentiment partagé par le ministre français de l'Economie.

"Je ne vois pas de difficultés majeures", a déclaré Pierre Moscovici. "Ce soir nous nous séparerons, j'en suis sûr, avec un accord décisif sur le mécanisme de résolution unique."

Le MRU est un des trois piliers de la future union bancaire avec le mécanisme unique de supervision déjà acté et une garantie des dépôts sur laquelle les Vingt-Huit, la Commission et le Parlement européen ont conclu mardi soir un accord.

Les 126 plus grandes banques de la zone euro seront sous la surveillance directe de la Banque centrale européenne (BCE) et un examen de la qualité de leurs actifs commencera dès 2014.

Le financement de la restructuration ou de la fermeture ordonnée des banques en difficulté sera assuré par le système bancaire, qui abondera un fonds de résolution unique (FRU).

Ce dernier montera en puissance par tranche de 10% pour atteindre environ 55 milliards d'euros en 2025.

En attendant, si les fonds nationaux ne sont pas suffisants, le pays d'origine de l'établissement concerné pourra imposer des prélèvements supplémentaires aux banques. Si cela ne suffit toujours pas, cet Etat devra mobiliser des fonds publics.

Si un Etat manque alors d'argent pour le faire, il pourra emprunter auprès du Mécanisme européen de stabilité (MES), fonds de secours créé par la zone euro durant la crise des dettes souveraines pour venir à l'aide des pays en difficultés.

"Dans la période de transition, un financement relais sera disponible, soit au plan national avec le renfort de prélèvements sur les banques, soit au travers du MES, dans le cadre des procédures convenues", lit-on dans un projet de déclaration préparé par l'Eurogroupe.

UN FILET DE SÉCURITÉ ENCORE FLOU

Cela va dans le sens voulu par l'Allemagne, qui souhaitait éviter une mutualisation des coûts de restructuration des banques en difficulté aussi longtemps que possible.

Une fois achevée cette phase de transition en 2025, le fonds de résolution sera véritablement unique mais pourra rechercher, le cas échéant, des financements supplémentaires en empruntant lui-même sur les marchés, précise le projet de communiqué.

"Un filet de sécurité commun sera développé pendant la période transitoire. Il facilitera des emprunts par le FRU" mais le secteur bancaire sera in fine mis à contribution pour les rembourser, par le biais de prélèvements dans les pays membres.

L'Eurogroupe reste vague sur la nature de ce filet, dont Pierre Moscovici a dit qu'il serait défini "au fil du temps" et pourrait "prendre diverses formes".

"Il y a plusieurs possibilités sur la table et le texte de ce soir fixera le principe, expliquera comment cela monte en charge, explorera peut-être aussi diverses possibilités", a-t-il expliqué. "Ce à quoi nous tenions c'est que le principe d'un 'back stop' soit clairement posé et que l'engagement soit clairement pris de le mettre en oeuvre si nécessaire."

Les ministres des Finances de l'UE devaient aussi discuter de ce qui relèvera d'un accord intergouvernemental censé renforcer, à la demande de Berlin, la base juridique du MRU, et de l'épineuse question de l'autorité habilitée à déclencher le processus de restructuration ou de fermeture d'une banque.

Sauf à changer les traités, ce qui n'est pas prévu à court terme, seule la Commission européenne peut être cette autorité. Mais selon des sources de la zone euro elle ne ferait que suivre les recommandations d'une autorité unique de résolution.

Avec Martin Santa, John O'Donnel, Robin Emmott et Annika Breidthardt

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Karama7
    18 décembre11:20

    Là aussi mon message a été supprimé ... Je disais donc : Un fonds unique de résolution qui montera en PUISSANCE! pour atteindre environ 55 milliards d'euros en 2025 pour financer la faillite "ordonnée" de banques en difficulté...Une vaste blague ... Eteindre un incendie a la seringue , ils sont fort ces pompiers européens ...

    Signaler un abus

  • TL70190
    18 décembre10:40

    a qui la patate chaude ? ... aux mêmes comme d'habitude ....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.