1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

On ne peut pas combattre la Fed, rappelle Montpensier Finance
AOF29/06/2020 à 11:53

(AOF) - Le sentiment général reflété par les indices est bien la résistance face à cet environnement économiquement et socialement très dégradé, observe Wilfrid Galand, directeur stratégiste chez Montpensier Finance. Selon lui, les marchés ont fait le choix de la confiance dans les banques centrales et les gouvernements.

Alors, inutile de résister poursuit-il : entre le programme "Pandémie" de la BCE et les différents volets du méga-plan d'intervention de la Fed (y compris un inédit "Main Street Financing Programme" destinés aux ménages et aux PME), et l'ensemble des relances budgétaires ce sont près de 20 000 milliards de dollars d'interventions annoncées soit plus de 20% du PIB mondial !

Ces milliards évitent la crise du crédit que tous les observateurs redoutaient souligne Wilfrid Galand.

Dans la seule zone euro, les flux de crédit aux entreprises non financières publiés par la BCE sont au plus haut depuis 2003, une première en temps de récession. Effet collatéral : l'argent des banques centrales se déverse aussi dans les marchés financiers via les marchés obligataires. Et comme les taux directeurs sont à zéro, il n'y pas d'alternative pour les investisseurs, constate le stratégiste.

Pour ce dernier, les prochaines semaines nous diront si cette résistance des marchés est à toute épreuve ou si les facteurs de fragilité comme la résurgence de la pandémie aux États-Unis ou la montée des tensions politiques dans ce pays auront raison de l'humeur ambiante. Le SP500 frôle sa moyenne 200 jours.

En attendant des signaux clairs, il faut se rendre à l'évidence : se mettre en face des banques centrales est un pari risqué, conclut Wilfrid Galand.

1 commentaire

  • M6372765
    29 juin12:16

    L'inflation arrive : regardez tous les prix de l'électronique flambent... pourquoi ne sont-is pas pris en compte par l'insee ? Les prix des fruits en provenance de France sont aussi plus chers (et c'est logique) ! L'inflation REELLE est bien là mais pas dans les chiffres officiels... BIZARRE !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer