1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Nyssen-Philippe défend l'exemplarité, assure que rien ne sera bloqué
Reuters26/08/2018 à 00:08

    PARIS, 26 août (Reuters) - Edouard Philippe défend, dans une
interview au Journal du Dimanche, la "République exemplaire"
prônée par Emmanuel Macron et assure que la justice suivra son
cours s'il y a lieu, après  l'ouverture d'une enquête visant la
maison d'éditions Actes Sud cofondée par la ministre de la
Culture. 
    Selon le Canard enchaîné, Françoise Nyssen aurait, avec son
mari Jean-Paul Capitani, fait agrandir de 150 m2 les locaux
parisiens d'Actes Sud sans prévenir la mairie de Paris ni
l'administration fiscale. 
    "Je lui ai redit mon soutien et les règles s'agissant de
l'appartenance au gouvernement ", dit Edouard Philippe au JDD.
" Vouloir l'exemplarité, c'est garantir que la justice puisse
être saisie s'il  y  a lieu. Rien ne sera bloqué."
    Selon une règle non écrite, une mise en examen est synonyme
pour un ministre de démission.
    Françoise Nyssen a assuré à la fin de la semaine qu'Actes
Sud aurait "à cœur de faire toute la lumière" dans le cadre de
l'enquête ouverte par le parquet de Paris.
    Elle a précisé qu'elle se tenait elle-même "évidemment à la
disposition du parquet" afin d'apporter "un quelconque concours
pour le bon déroulement de l'enquête". 
    Le Premier ministre juge par ailleurs "disproportionné" le
retentissement qu'a eu au coeur de l'été l'affaire Benalla, du
nom de l'ex-collaborateur du chef de l'Etat accusé de violences
sur des manifestants le 1er mai, 
    " J'ai dû répondre à 17 questions sur cette affaire au
Parlement, deux motions de censure ont été déposées",
déclare-t-il. "Tout a été dit, redit, commenté et surcommenté.
J'ai trouvé ça disproportionné par rapport à la réalité des
faits et au quotidien des Français. "
    VOIR ENCADRE France-Les "affaires" qui ternissent le
quinquennat Macron  

 (Marine Pennetier, édité par Emmanuel Jarry)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer