Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nutrition santé : un marché difficile à appréhender

Le Figaro29/09/2010 à 23:15
Les groupes qui se lancent sur le marché de la nutrition médicale sont confrontés à une véritable guerre des brevets et à la concurence des fabricants de médicaments génériques.

Y a-t-il encore une troisième voie entre l'alimentaire et la pharmacie? Depuis des années, les géants de l'agroalimentaire tentent de s'aventurer sur le terrain de la santé avec les «alicaments».

Danone en a longtemps fait son cheval de bataille, avec ses produits laitiers Activia (favorisant le transit intestinal), Danacol (anticholestérol) et Actimel (renforcement des défenses immunitaires). Nestlé France vient de lancer Nesfluid, une boisson censée favoriser l'«hydranutrition». Le groupe suisse a monté une coentreprise avec L'Oréal dans les «nutricosmétiques»: Inneov, dont les pilules sont censées limiter la chute des cheveux, favoriser le bronzage ou agir sur le vieillissement cutané.

Pourtant, tout cela n'est rien à côté des nouvelles ambitions de Nestlé. «Avec la science médicale, nous allons au-delà de la simple nutrition, confie au Figaro Peter Brabeck, le président de Nestlé. Nous accordons la priorité à la prévention des maladies, en ciblant un public sain.»

Boissons pour les sportifs

Programme alléchant, tant les maladies chroniques sont susceptibles de créer deux types de clientèles captives et fidèles. Les consommateurs en bonne santé, qui privilégient la prévention, et les malades, qui ont besoin d'un traitement pérenne. Toutefois, le parcours est semé d'embûches, au-delà de la classique incertitude sur les résultats des travaux de recherche. Pour commencer, les autorités sont de plus en plus vigilantes, aussi bien au sujet des autorisations de mise sur le marché de nouveaux médicaments que des allégations santé pour des aliments.

Ensuite, face à la guerre des brevets et à la concurrence des fabricants de médicaments génériques, les groupes pharmaceutiques sont aussi attirés par ce marché. À commencer par Abbott, numéro 1 mondial de la nutrition clinique, avec des produits comme Ensure, une boisson nutritive recommandée par les médecins, ou comme la gamme EAS destinée aux sportifs de haut niveau. Sanofi-Aventis, dont le nouveau directeur général cherche à infléchir la stratégie axée sur le développement des médicaments vendus sur ordonnance, s'est ainsi renforcé depuis deux ans dans les compléments alimentaires. Il a racheté coup sur coup le groupe australien Symbion puis les pilules Oenobiol, qui lui permettent de se renforcer dans les pharmacies et parapharmacies.

Peter Brabeck, lui, ne craint pas la concurrence des laboratoires pharmaceutiques. «Ils vont devoir comprendre la nouvelle donne. Nestlé a l'habitude de mettre le consommateur au centre de sa recherche, assure le président du numéro 1 mondial de l'alimentation. Par ailleurs, grâce à la maîtrise de la technologie alimentaire, nous apportons un savoir-faire additionnel pour améliorer l'aspect nutritionnel et organoleptique de nos produits.»

Parmi les atouts des champions de l'agroalimentaire figure aussi leur force de frappe commerciale. «Ils sont en mesure de faire la synthèse entre la science et le marketing avec une vraie connaissance du consommateur et des techniques commerciales», explique Patrick Biecheler, associé au sein du cabinet Roland Berger. «Le défi pour les industriels consiste à dépasser cette image trop marketing auprès des consommateurs comme des médecins avec de véritables preuves scientifiques», relativise Laurent Billes-Garabedian, associé chez OC&C.

«Il faut changer notre système de santé. On ne pourra plus payer 80.000 dollars pour prolonger de trois mois la vie d'un patient. Il faut s'occuper de la prévention. Il vaudrait mieux rembourser les gens en bonne santé que les gens malades.»

Les 5 pionniers de la nutrition clinique un marché de plus de 8 milliards de dollars

1. Abbott

2. Danone

3. Braun

4. Nestlé

5. Fresenius Kabi

LIRE AUSSI :

» Nestlé se développe massivement dans la santé

» Nestlé lance une gamme de boissons aux bienfaits santé

» Riboud : «Danone mise sur la santé et le plaisir»

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.