Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nuages en vue pour Dassault Aviation dans les jets en 2014

Reuters13/03/2014 à 15:21

DES NUAGES EN VUE POUR DASSAULT DANS LES JETS

par Cyril Altmeyer

SAINT-CLOUD, Hauts-de-Seine (Reuters) - Dassault Aviation a annoncé jeudi prévoir une baisse de son chiffre d'affaires en 2014, dans un secteur des jets encore convalescent qui l'oblige à prévoir une baisse de ses livraisons de Falcon, une prévision elle-même sous réserve d'une reprise du marché de l'aviation d'affaires.

L'avionneur, également constructeur des avions de combat Rafale et Mirage, prévoit de baisser son dividende à 8,90 euros par action au titre de 2013 contre 9,30 euros pour 2012 et 8,50 pour 2011.

Dassault Aviation a pour actionnaire majoritaire le Groupe industriel Marcel Dassault (GIMD) avec 50,55%. Airbus Group AIR.PA détient de son côté une participation de 46%, qu'il a qualifiée en février de "non stratégique".

L'avionneur a toutefois augmenté le nombre de ses prises de commandes de Falcon à 64 unités en 2013, contre 58 en 2012, 36 en 2011 et un solde négatif en 2010.

Face à la mollesse du marché des jets, qui représente près des trois quarts de ses ventes, Dassault Aviation anticipe une baisse de son chiffre d'affaires cette année et n'espère livrer qu'environ 70 Falcon après 77 en 2013 et 66 en 2012.

Le groupe a annoncé fin février une hausse de 17% de son chiffre d'affaires en 2013, à 4,59 milliards d'euros, grâce à l'accélération des ventes de Falcon l'an passé.

Dassault Aviation, qui n'a jamais exporter le Rafale depuis son lancement en 1989, livre chaque année 11 unités à la France, même si le budget de la Défense pour la période 2014-2019 prévoit qu'au moins deux contrats à l'étranger prennent le relais.

Le ministre indien de la Défense a déclaré début février que le contrat portant sur au moins 126 Rafale ne pourrait être signé qu'au cours du prochain exercice budgétaire, qui démarre en avril, plus de deux ans après l'ouverture de négociations exclusives avec Dassault Aviation.

Le PDG de Dassault Aviation a dit jeudi lors de la conférence de presse de présentation des résultats que le groupe avait franchi des "étapes décisives" vers la signature du contrat.

Mais l'Inde entre dans une période électorale, avec des élections législatives attendues d'ici mai qui retarderont la signature effective de ce méga-contrat estimé à 15 milliards de dollars et comportant une option pouvant porter la commande à 189 unités.Dassault Aviation prévoit de livrer environ 70 Falcon cette année et 11 Rafale, annonce jeudi le groupe, qui prévoit que son chiffre d'affaires 2014 devrait être inférieur à celui de 2013.

En 2013, le bénéfice net ajusté de l'avionneur ressort à 487 millions d'euros, en baisse de 5%, et la marge nette ajustée s'inscrit à 10,6% (13,3% en 2012).

Le groupe avait annoncé fin février une hausse de 17% de son chiffre d'affaires en 2013, à 4,593 milliards d'euros grâce à l'accélération des ventes de Falcon, dont il a livré 77 unités l'an dernier contre 66 en 2012.

Dassault Aviation propose un dividende de 8,90 euros par action au titre de l'exercice écoulé, contre 9,30 euros l'année précédente.

En Bourse, l'action, dont le flottant ne représente qu'environ 3% du capital, gagne 2,8% en début de séance.

(édité par Dominique Rodriguez)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.