Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Noyer écarte le risque d'attaque de la France, sous condition

Reuters13/04/2012 à 20:01

CHRISTIAN NOYER ÉCARTE LE RISQUE D'UNE ATTAQUE DE LA FRANCE, SOUS CONDITION

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Il n'y a pas de raison que la France fasse l'objet d'une défiance particulière des marchés financiers si le prochain gouvernement affiche clarté et constance dans la trajectoire de redressement budgétaire, a déclaré vendredi Christian Noyer.

Le gouverneur de la Banque de France a ajouté qu'il serait "extrêmement attentif" à tout ce qui pourrait se produire sur les marchés concernant la dette française.

A une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy et ses proches mettent en garde contre une attaque si le candidat socialiste François Hollande l'emporte.

Leurs critiques portent en particulier sur le report d'un an par François Hollande de l'objectif de retour à l'équilibre des comptes publics, à fin 2017 contre fin 2016 prévu par le gouvernement actuel et le programme de Nicolas Sarkozy.

"A mon avis, ce que regarderont les marchés, c'est les premières années", a dit à Reuters Christian Noyer, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, en refusant de s'exprimer sur tel ou tel programme présidentiel.

Nicolas Sarkozy et François Hollande promettent tous les deux de réduire le déficit public à 3,0% du produit intérieur brut fin 2013 contre 5,2% estimé fin 2011.

"Ce qui sera nécessaire, c'est que le gouvernement installé dans la nouvelle législature, quel qu'il soit, soit très clair sur la poursuite du chemin de réduction des déficits", a dit Christian Noyer lors d'un point de presse, quels que soient les choix en matière de réduction des dépenses publiques.

"Si cette clarté, si cette constance, si cette priorité affirmée au cheminement sont affirmées, il n'y a pas de raison à ce titre que la France fasse l'objet d'une défiance particulière des marchés", a-t-il ajouté.

"EXTRÊMEMENT ATTENTIF"

Interrogé sur le lancement d'un contrat à terme sur les obligations françaises lundi par la société Eurex, Christian Noyer a déclaré qu'il combattrait "avec détermination" tout éventuel mouvement spéculatif.

Il a estimé que ce type de contrat permettait normalement d'améliorer la liquidité "et par conséquent à moyen terme peut contribuer à améliorer, dans le sens de réduire, le coût de financement de l'émetteur".

"D'une façon générale (...) tout ce qui serait mouvement spéculatif sur la dette française est quelque chose que je combattrai avec détermination si ça devait se produire, ce que j'exclus", a-t-il ajouté. "Je serai extrêmement attentif à tout ce qui pourrait se produire sur la dette française."

Le nouveau contrat sur l'OAT d'Eurex sera disponible à partir de lundi sur les écrans Reuters avec le code.

Malgré la perte en début d'année de la note "triple A" donnée à la France par l'agence de notation Standard & Poor's, les coûts d'emprunt du pays restent très faible

Mais la France est regardée de près.

Sa note - toujours "triple A" pour les agences Moody's et Fitch - est placée en perspective négative par ces trois grandes agences, ce qui signifie que d'autres dégradations sont possibles à brève échéance.

Indicateur de la confiance donnée à la France, le "spread" franco-allemand (l'écart de rendement demandé pour détenir des obligations françaises à 10 ans plutôt que des obligations allemandes) est actuellement d'environ 130 points contre 30 à 40 points avant la crise des dettes publiques en Europe.

Le rendement de la dette française sur le marché reste lui inférieur à 3% pour la dette à dix ans.

Si l'on compare l'évolution des spreads de certains pays de la zone euro par rapport à l'Allemagne depuis le début de l'année, ils ont augmenté pour deux d'entre eux : les Pays-Bas et l'Espagne, et en proportion plus pour les Pays-Bas que pour l'Espagne.

En revanche, ils ont baissé pour la Finlande, la France, l'Autriche, l'Italie et la Belgique (par ordre croissant d'ampleur relative du recul).

Pour les CDS, des instruments d'assurance contre le risque de crédit, la plus mauvaise performance depuis le début de l'année est celle de l'Espagne qui a vu une hausse. Les CDS néerlandais, italiens, français, belges, autrichiens ont baissé, selon cet ordre, la plus forte baisse concernant l'Allemagne.

Edité par Yves Clarisse

Mes listes

valeur

dernier

var.

3.57 0.00%
5640.52 +0.46%
25.3 +2.35%
11.8 -2.32%
4.121 -0.96%
119 +1.80%
3.13 +1.29%
1.287 -0.26%
4.03 +1.64%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.