Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

NOVACYT : le conflit anglais pèse sur sa visibilité
information fournie par AOF22/06/2021 à 16:09

(AOF) - En hausse marquée à l'ouverture, Novacyt s'apprête à clôturer en repli de 3,8% à 3,998 euros. Le champion franco-britannique des tests PCR a pourtant dévoilé ce matin des résultats annuels exceptionnels et rappelé avoir terminé son exercice 2020 sans un pence de dette. Les investisseurs s'inquiètent des perspectives. Au-delà de la décrue, espérons inévitable, des ventes de tests, le groupe est en conflit depuis le mois d'avril avec son principal client (50% des ventes), le Ministère de la Santé et des Affaires Sociales britannique (DHSC) concernant le deuxième contrat signé début septembre.

Novacyt a bien fourni la marchandise au Royaume-Uni, mais ce dernier n'en a pas été satisfait. A l'annonce de ce conflit, le titre a perdu plus du tiers de sa valeur en une séance. Et depuis l'action ne cesse de reculer. C'est la douche froide pour les investisseurs qui avaient plébiscité le titre, multiplié par plus de 50 en un an, pour le porter à près de 14 euros.

Ce matin, le groupe a rappelé que le conflit portait sur des revenus du quatrième trimestre 2020 s'élevant à 129,1 millions de livres pour un produit spécifique. Il a sollicité une assistance juridique indépendante et une provision a été constituée dans les états financiers sur la base des estimations actuelles du conseil d'administration en ce qui concerne cette réclamation auprès du DHSC.

Cependant, Novacyt a reconnu qu'il était possible, mais non probable, que la demande de remboursement du DHSC au titre de la garantie d'assurance limitée aboutisse. L'impact sur sa trésorerie dépendra du succès de la réclamation et des conditions négociées pour le remboursement.

Par ailleurs, sur le chiffre d'affaires du quatrième trimestre 2020, des factures s'élevant à 24 millions de livres concernant le produit livré au DHSC restent en suspens à la date de signature des états financiers et le recouvrement de ce montant dépend également de l'issue du conflit.

En outre, après la fin de l'année, un autre montant de 49 millions de livres de produits livrés et facturés au DHSC en 2021 reste impayé et fait maintenant aussi partie du conflit. Les factures impayées totalisent 73 millions de livres et incluent la TVA.

La performance commerciale du groupe pour les cinq mois clos au 31 mai 2021 témoigne de l'importance de ce conflit.

Novacyt a réalisé sur la période un chiffre d'affaires de 88,4 millions de livres, contre 40,8 millions en 2020 sur la même période. Ces 88,4 millions comprennent 40,7 millions correspondant aux ventes au DHSC, qui font désormais partie du conflit.

Pour 2021, le groupe prévoit un chiffre d'affaires annuel d'environ 100 millions de livres, à l'exclusion des ventes au DHSC, soit moitié moins qu'en 2020.

L'an dernier en effet, son bénéfice net est ressorti à 132,4 millions de livres, contre une perte de 5,7 millions en 2019. L'Ebitda a augmenté à 176,1 millions, contre 0,2 million en 2019, la marge d'Ebitda passant à 64 % en 2020, contre 2 % en 2019. Le chiffre d'affaires a été multiplié par plus de 20 pour atteindre 277,2 millions.

Conscient de la nécessité de préparer l'après-crise, le groupe a continué ces derniers mois de renforcer ses capacités et à élargir son offre de produits.

Novacyt entend continue à jouer un rôle majeur dans les tests Covid-19 et, plus précisément, s'attend à une forte croissance des revenus dans les tests privés, à mesure que les marchés et les voyages internationaux rouvrent.

AOF - EN SAVOIR PLUS

D’excellentes perspectives pour le secteur

Selon Moody’s le chiffre d’affaires du secteur devrait progresser de 4 à 6 % en 2021, contre 2 à 4 % prévus initialement.

Les cinq premiers fabricants de vaccins (Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca, Novavax et Johnson & Johnson) devraient fortement bénéficier de cette croissance, même si des incertitudes existent sur les capacités de production. Les fabricants de traitements (Gilead, Eli Lilly et Regeneron notamment) ne devraient pas être en reste.

A côté des opportunités existent également des menaces au rang desquelles figurent les baisses de prix potentielles, en particulier aux États-Unis, premier marché mondial. La montée en puissance des biosimilaires (génériques des médicaments biologiques) devrait également contribuer à tirer les prix vers le bas.

Valeurs associées

Euronext Paris 0.00%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 22/06/2021 à 16:09:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.