1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Nouvelles manifestations en Arménie, le PM évoque un vote anticipé

Reuters26/04/2018 à 00:48
    * L'Arménie en proie à des troubles depuis deux semaines
    * Les manifestants veulent se débarrasser de l'élite
politique
    * La candidature de Nikol Pachinian soutenus par certains

 (Ajoute réaction du parti au pouvoir, paragraphe 14)
    par Margarita Antidze et Hasmik Mkrtchyan
    EREVAN, 26 avril (Reuters) - Le Premier ministre arménien
par intérim a émis l'idée d'élections anticipées pour sortir de
la crise politique qui secoue le pays depuis deux semaines alors
qu'une nouvelle grande manifestation avait lieu dans la
capitale.
    Serge Sarkissian, nommé la semaine dernière Premier ministre
de l'ancienne république soviétique après dix années passées à
la présidence, a présenté sa démission lundi après onze jours de
manifestations d'opposants qui l'accusaient d'avoir manipulé la
Constitution pour se maintenir au pouvoir.  
    Mais cela ne semble pas avoir été suffisant aux yeux des
manifestants qui ont dit considérer que c'est l'image du
gouvernement dans sa totalité qui était ternie.
    Des dizaines de milliers de manifestants se sont à nouveau
réunis mercredi dans les rues de la capitale arménienne. Sur
certaines pancartes étaient reproduits des portraits de membres
du gouvernement dont les visages étaient barrés avec de la
peinture rouge. 
    "Le combat n'est pas terminé", a déclaré Susan Adamian, une
manifestante âgée de 21 ans. 
    Le président russe Vladimir Poutine s'est entretenu par
téléphone avec le président arménien Armen Sarkissian mercredi.
Les deux chefs d'Etat ont prôné le dialogue pour résoudre la
crise, a annoncé le Kremlin. La Russie possède deux bases
militaires dans l'ancienne république soviétique.
    Quelques heures plus tard, le député d'opposition, Nikol
Pachinian, l'organisateur du mouvement de protestation, a dit
avoir reçu l'assurance que Moscou n'interviendrait pas dans la
crise après avoir rencontré un responsable russe.
    Le bloc d'opposition Yelk a l'intention de choisir Nikol
Pachinian comme candidat au poste de Premier ministre, a déclaré
le député Edmon Maroukian.
    "Pachinian a la confiance du peuple. Je ne pense pas qu'il y
aura de problème et, en prenant en compte ce fait, les élus
d'opposition voteront pour sa candidature", a-t-il fait valoir.
    
    "CANDIDAT DU PEUPLE"
    Arménie prospère, deuxième force représentée à l'Assemblée
nationale, le Parlement monocaméral arménien, a annoncé qu'elle
rejoignait le mouvement de protestation et qu'elle soutiendrait
un «candidat du peuple».
    En outre, la Fédération révolutionnaire arménienne (Dachnak,
socialiste) a déclaré qu'elle quittait officiellement la
coalition gouvernementale et qu'elle était favorable à des
législatives anticipées.
    "Le Parlement doit choisir un Premier ministre qui a la
confiance du peuple", déclare Dachnak dans un communiqué.
    Nikol Pachinian a dit avoir également reçu des promesses de
soutien de députés du Parti républicain au pouvoir. 
    Des parlementaires du Parti républicain ont annoncé être
"prêts à engager des discussions avec toutes les forces
politiques du pays, sans condition préalable".
    Après des réunions avec Armen Sarkissian, qui dirige
toujours le parti au pouvoir, et le Premier ministre par
intérim, Karen Karapetian, il a été convenu de "remplacer le
chef du parti", ont ajouté les parlementaires du Parti
républicain dans un communiqué. 
    Karen Karapetian a évoqué des élections législatives
anticipées pour, a-t-il dit, tester la popularité de Nikol
Pachinian, le "candidat du peuple". 
    "Que veut dire "le candidat du peuple"? Je ne connais pas de
pays où un Premier ministre est choisi de cette manière. Il y a
des élections pour cela. S'il (Nikol Pachinian) est le choix du
peuple, cela signifie que le peuple le choisira lui", a déclaré
Karen Karapetian lors d'une conférence de presse.
    En réponse, des dizaines de milliers de manifestants ont
crié de "Nikol, Premier ministre!" quand il est apparu sur la
place de la République dans le centre de la capitale.
    "C'est ça que "candidat du peuple" veut dire», a déclaré
Gurgen Mkrtchian, un médecin de 24 ans, alors que les supporters
embrassaient Pachinian qui tentait de se frayer un chemin dans
la foule.
    Karen Karapetian n'a pas précisé quand des élections
pourraient avoir lieu, mais il a déclaré que le pays souffrirait
économiquement si la crise devait se poursuivre.    
    Le président Armen Sarkissian a pour sa part déclaré qu'il
allait entamer des négociations avec les différentes forces
politiques pour résoudre la crise.

 (Jean-Stéphane Brosse, Arthur Connan, Danielle Rouquié et Jean
Terzian pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

9.302 -0.36%
CGG
1.15 -2.79%
1.13075 0.00%
14.54 -0.38%
60.3 -2.28%

Les Risques en Bourse

Fermer