1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Nouvelles manifestations de l'opposition au Kenya
Reuters06/10/2017 à 12:13

    NAIROBI, 6 octobre (Reuters) - La police kényane a de 
nouveau fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser des 
manifestants de l'opposition qui s'étaient rassemblés vendredi 
dans le centre de Nairobi pour demander le limogeage de membres 
de la commission nationale électorale. 
    Les protestataires se sont rassemblés dans la capitale mais 
également dans les fiefs de l'opposition que sont la ville de 
Kisumu et le port de Mombasa, pour la deuxième fois cette 
semaine. 
    L'opposition dénonce le maintien en place de membres de la 
commission nationale électorale qui ont validé les résultats de 
l'élection présidentielle organisée en août et qui avait vu la 
victoire du chef de l'Etat sortant Uhuru Kenyatta. 
    Cette élection, entachée d'irrégularités, a ensuite été 
invalidée par la Cour suprême du Kenya qui a ordonné la tenue 
d'un nouveau scrutin dans un délai de 60 jours. 
    Kenyatta a accusé la Cour suprême d'avoir plongé le pays 
dans un "chaos judiciaire" tandis que les partisans de son 
adversaire malheureux, Raila Odinga, focalisent leur colère sur 
les membres de la commission électorale. 
    La nouvelle élection doit avoir lieu dans trois semaines et 
les deux camps multiplient les invectives et les insultes à 
l'approche du scrutin, laissant craindre des violences. 
    L'opposition menace de boycotter l'élection prévue le 26 
octobre si la composition de la commission demeure la même et si 
le parlement adopte un amendement interdisant à la Cour suprême 
d'annuler une seconde fois les résultats de l'élection. 
     
         
 
 (George Obulutsa; Pierre Sérisier pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5190.94 -0.10%
1.13274 -0.16%
21.28 +2.60%
25.095 -0.89%
2.126 +22.68%

Les Risques en Bourse

Fermer