Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nouvelle présidentielle au Kenya, dans un climat de forte tension

Reuters26/10/2017 à 08:29
    * Les bureaux de vote n'ont pas pu ouvrir à Kisumu, dans 
l'Ouest 
    * A Migori, des barricades en flammes signalées dans les 
rues 
    * La participation semblait en net recul dans la capitale 
Nairobi 
    * Le Kenya redoute des violences ethniques comparables à 
celles de 2007 
 
    par Maggie Fick 
    KISUMU, Kenya, 26 octobre (Reuters) - Le nouveau scrutin 
présidentiel a débuté, jeudi au Kenya, mais les bureaux de vote 
sont restés fermés dans certains fiefs de l'opposition, où des 
groupes de jeunes gens ont mis le feu à des barricades. 
    Le chef de file de l'opposition, Raila Odinga, a appelé ses 
partisans à boycotter l'élection, que devrait remporter le 
président sortant Uhuru Kenyatta, même si le mandat qu'il 
obtiendra sera fragilisé par une faible participation. 
    Ce nouveau scrutin fait suite à la présidentielle du 8 août 
dernier, remportée par Uhuru Kenyatta mais annulée ensuite par 
la Cour suprême, qui, dans un arrêt rendu le 1er septembre, 
estimait que l'élection avait été entachée d'irrégularités. La 
cour avait ordonné la tenue d'une nouvelle élection dans un 
délai de 60 jours. 
    Raila Odinga, qui était candidat de l'opposition en août, a 
retiré sa candidature de la nouvelle présidentielle pour 
protester contre l'absence de changements au sein de la 
Commission électorale. 
    Le Kenya redoute une répétition des violences 
post-électorales de 2007, quand des affrontements entre 
partisans de Mwai Kibaki, président sortant proclamé vainqueur, 
et de Raila Odinga avaient fait 1.200 morts.     
    A Migori, dans l'ouest du Kenya, plusieurs centaines de 
jeunes gens étaient rassemblés jeudi aux abords d'une grande rue 
jonchée de débris et de barricades en flammes, selon des images 
de la chaîne de télévision kényane NTV. 
    A Kisumu, autre ville de l'ouest du pays qui est un gros 
bastion d'Odinga, les bureaux de vote qui auraient dû ouvrir 
leurs portes à l'aube sont restés fermés, et l'on ignorait où se 
trouvaient les personnes devant les tenir. Les policiers ont 
tiré des gaz lacrymogènes dans cette ville pour disperser des 
manifestants de l'opposition, a constaté un journaliste de 
Reuters. 
     
    APPEL A RESTER CHEZ SOI 
    Mercredi, un responsable électoral de Kisumu, ville qui 
avait été au coeur de graves violences ethniques après 
l'élection contestée de 2007, a qualifié son travail de "mission 
suicide". 
    Selon l'agent John Ngutai, seuls trois des 400 membres du 
personnel électoral sous ses ordres se sont présentés pour 
travailler et aucune mesure de sécurité n'encadrait la livraison 
des urnes. 
    Mercredi, la Commission électorale a confirmé la tenue du 
scrutin, tirant les conclusions de l'incapacité de la Cour 
suprême à prendre une décision sur un éventuel report. 
    Seule la plus haute instance judiciaire du pays avait le 
pouvoir de retarder l'élection, dont les préparatifs ont été 
fortement perturbés par des controverses et des violences. 
    Après l'annonce du maintien des opérations de vote, Raila 
Odinga a appelé ses partisans à rester chez eux. 
    "Nous recommandons aux Kenyans épris de démocratie et de 
justice d'organiser des veillées de prières, à l'écart des 
bureaux de vote, ou tout simplement de rester chez eux", 
avait-il dit. 
    Le chef de la commission électorale a déclaré la semaine 
dernière ne pas pouvoir garantir un scrutin libre et équitable, 
en raison d'ingérences de la classe politique et de menaces 
contre ses collègues. Un membre de la commission a démissionné 
et s'est enfui à l'étranger. 
    Mais pour Uhuru Kenyatta, le scrutin de jeudi est légitime. 
    Dans le centre de la capitale Nairobi, où les deux candidats 
disposaient de forts soutiens en août, le taux de participation 
semblait être en net recul jeudi. Des policiers anti-émeutes 
patrouillaient dans Kibera et Mathare, deux bidonvilles de 
Nairobi connus pour leur instabilité. Près de 50 personnes ont 
été tuées par les forces de sécurité depuis le scrutin du 8 
août. 
    S'exprimant à la veille de l'élection, le président Kenyatta 
a assuré à ses compatriotes et aux alliés du Kenya que l'ordre 
serait rétabli dans le pays. 
 
    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ 
KENYA ELECTION PRESIDENTIELLE    http://reut.rs/2hXWlF4 
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^> 
 (Eric Faye pour le service français) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

5393.23 -1.05%
0.877 -0.07%
52.4 +7.51%
1.313 -1.94%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.