Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Nouvelle offre d'Athènes pour échapper à la faillite

Reuters21/06/2015 à 16:49

NOUVELLE OFFRE DE LA GRÈCE POUR ÉVITER LA FAILLITE

par Lefteris Papadimas et Alastair Macdonald

ATHENES/BRUXELLES (Reuters) - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a appelé dimanche la chancelière allemande, le président français et le président de la Commission européenne pour leur présenter de nouvelles propositions en vue d'un accord à même de sauver Athènes de la faillite.

Les institutions représentant les créanciers internationaux de la Grèce se réunissent ce dimanche à 15h00 GMT, à la veille d'un sommet extraordinaire de la zone euro, a-t-on appris de sources diplomatiques.

La réunion ne sera productive que si la proposition d'Athènes est disponible, ce qui n'était pas le cas peu avant le début de la réunion, ont ajouté les sources

Après des mois de négociations tendues avec ses bailleurs de fonds, le gouvernement grec s'est dit prêt dimanche à faire des concessions pour obtenir le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide de 7,2 milliards d'euros, tandis que les Grecs retiraient leurs économies en masse.

A l'approche du sommet de lundi, convoqué pour sortir ces négociations de l'impasse, on ignore toutefois si les concessions d'Alexis Tsipras, élu en janvier en promettant de mettre un terme à l'austérité, permettront de débloquer la situation.

Syriza, le parti d'extrême gauche dont il est issu, a invité les Grecs à se rassembler dimanche pour "adresser un fort message de résistance" aux bailleurs internationaux qui leur réclament de nouveaux sacrifices.

Le ton monte également en Allemagne, où l'aile bavaroise de la CDU invite Angela Merkel à faire preuve de fermeté face à Athènes, y compris au risque d'une sortie de la zone euro.

La Grèce, à court d'argent, doit rembourser 1,6 milliard d'euros au Fonds monétaire international (FMI) le 30 juin. Si elle ne parvient pas à conclure avant cette date avec ses créanciers un accord "argent frais contre réformes", elle sera en cessation de paiement, une situation inédite pour la zone euro qui pourrait aboutir à ce "Grexit".

"HOLOCAUSTE SOCIAL"

La rupture des négociations, le week-end dernier, entre Athènes et ses créanciers, a entraîné une ruée vers les guichets des banques grecques et des mesures de contrôle des capitaux pourraient être nécessaires à brève échéance en l'absence d'accord.

Dimanche, Alexis Tsipras a donc appelé Angela Merkel, François Hollande et Jean-Claude Juncker.

"Le Premier ministre a présenté aux trois dirigeants une proposition grecque en vue d'un accord mutuellement bénéfique qui apportera une solution définitive sans repousser le problème", disent ses services dans un communiqué diffusé alors que le gouvernement était réuni en conseil des ministres.

Si les propositions de Tsipras ne sont pas acceptables pour son parti, il sera contraint de convoquer des élections anticipées ou de demander aux Grecs de lui renouveler leur confiance dans le cadre d'un référendum.

Les mesures d'austérité exigées par le Fonds monétaire international, l'Union européenne et la Banque centrale européenne ont entraîné une baisse de 25% du PIB, de larges coupes dans les salaires et les retraites et une aggravation du chômage, qui touche un actif sur quatre. Le gouvernement s'est jusqu'ici opposé à de nouvelles coupes dans les dépenses de retraites.

Selon un élu de Syriza, les idées avancées jusqu'ici par Jean-Claude Juncker auraient entraîné un "holocauste social".

"La démocratie ne peut pas être bafouée. La dignité ne se marchande pas", dit le parti dans son appel à manifester dimanche.

Tout le week-end, les dirigeants européens sont restés en contact étroit pour préparer le sommet extraordinaire de lundi.

En visite à Milan, où il s'est entretenu avec le président du Conseil italien Matteo Renzi, François Hollande a répété qu'il fallait "tout faire pour que la Grèce puisse rester dans la zone euro, dans le respect des engagements qui ont été pris".

(Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.