1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Nouvelle feuille de route sur les migrations adoptée à Paris

Reuters28/08/2017 à 21:43
    * Les dirigeants du Tchad, Niger et Libye présents 
    * Issoufou et Deby insistent sur le volet développement 
    * Pas besoin de nouveau plan Marshall-Mogherini 
 
 (Actualisé avec déclarations des participants) 
    par Marine Pennetier et John Irish 
    PARIS, 28 août (Reuters) - Les pays participant au 
mini-sommet Europe-Afrique organisé lundi à Paris sur la 
question des flux migratoires ont adopté une nouvelle feuille de 
route visant notamment à renforcer le soutien aux pays de 
transit en Afrique et à muscler la lutte contre les trafics de 
migrants.  
    Les échanges ont réuni autour d'Emmanuel Macron les 
présidents du Niger et du Tchad, Mahamadou Issoufou et Idriss 
Deby, le Premier ministre libyen Fayez Seraj, la chancelière 
allemande Angela Merkel, les chefs de gouvernements italien et 
espagnol Paolo Gentiloni et Mariano Rajoy et la responsable de 
la diplomatie européenne Frederica Mogherini. 
    "Nous devons agir tous ensemble, les pays d'origine en 
passant par les pays de transit en premier chef la Libye, pour 
mener un action efficace, c'est un défi aussi bien pour l'Union 
africaine que pour l'Union européenne", a déclaré le chef de 
l'Etat français lors d'une conférence de presse conjointe à 
l'issue de la réunion. 
    "Nous allons avec nos partenaires européens renforcer la 
coopération avec les pays d'origine et de transit pour 
démanteler ces réseaux de trafiquants illégaux", via 
"l'identification des coupables, un vrai travail sécuritaire et 
judiciaire et une aide au retour dans les pays d'origine". 
    Au-delà d'un renforcement du soutien au Niger et au Tchad, 
les pays participants sont convenus d'approfondir leur action 
commune en vue d'une stabilisation politique en Libye où la 
situation sécuritaire toujours chaotique complique toute 
coopération sur la question migratoire.  
    Paris, Berlin, Madrid et Rome se sont notamment engagés à 
"améliorer la coopération économique avec les communautés 
locales se trouvant sur les routes migratoires en Libye, afin de 
créer des sources de revenu alternatives, d'accroître leur 
résilience et de les rendre indépendantes de la traite des êtres 
humains."     
     
    "MISSIONS DE PROTECTION" 
    Faisant écho à une proposition émise par Emmanuel Macron en 
juillet qui parlait alors de "hot spots", les quatre capitales 
européennes sont également convenues de mener "des missions de 
protection" au Niger et au Tchad, "en étroite concertation et en 
accord avec leurs gouvernements" en vue de la réinstallation de 
réfugiés. 
    L'identification des candidats éligibles à l'asile se fera 
"sur des listes fermées" du Haut commissariat aux réfugiés et 
concernera "des migrants d'ores et déjà identifiés par le HCR et 
résidant dans ces pays de passage", a précisé le chef de l'Etat 
français.        
    Au fil des ans, la question du contrôle des flux migratoires 
est devenue un véritable serpent de mer, faisant l'objet de 
réunions régulières à différents niveaux entre pays européens et 
pays africains - d'origine et de transit - sans toujours 
déboucher sur des avancées concrètes.  
    Sur le terrain, la situation reste préoccupante et le bilan 
continue de s'alourdir. Près de 120.000 migrants et réfugiés ont 
atteint les rives européennes depuis le début de l'année, selon 
l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), et plus 
de 2.400 sont morts en tentant la traversée de la Méditerranée.  
     
    "PAS DE BAGUETTE MAGIQUE" 
    A Paris, "nous nous sommes engagés, avant de trouver une 
solution globale, à maintenir une dynamique qui permette de 
réduire les dégâts dans le désert et la Méditerranée (mais) ce 
qui compte c'est ce que nous ferons après", a souligné le 
président tchadien Idriss Deby. "Le problème fondamental restera 
toujours le développement".  
    "Il ne faut pas faire que de la répression", a renchéri de 
son côté le président nigérien Mahamadou Issoufou, insistant 
également sur la partie développement de la feuille de route.  
    L'Union européenne et ses Etats membres investissent 20 
milliards d'euros par an en Afrique, a rappelé de son côté 
Frederica Mogherini. "Nous n'avons pas besoin d'inventer un plan 
Marshall, nous avons un plan déjà en place". 
    La question des migrations est très "difficile", a souligné 
Mariano Rajoy, dont le pays fait face à un afflux de migrants. 
"Elle ne sera pas résolue d'un coup de baguette magique, ce 
qu'il faut c'est commencer d'aller dans la même direction".  
    Une nouvelle réunion se tiendra "dans les prochains mois" en 
Espagne en présence de l'Union africaine avant le sommet 
UE-Afrique prévu de longue date fin novembre à Abidjan, qui doit 
permettre de faire un point d'étape sur le précédent sommet, fin 
2015, consacré à la crise migratoire.  
 
 (Edité par Sophie Louet) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.