Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nouvelle contraction dans l'industrie de la zone euro en avril

Reuters02/05/2013 à 15:00

L'INDICE PMI MANUFACTURIER DANS LA ZONE EURO

par Jonathan Cable

LONDRES (Reuters) - Le ralentissement du secteur manufacturier dans la zone euro s'est encore accentué en avril, montrent les enquêtes PMI de Markit, ce qui augmente la pression en faveur d'une baisse des taux de la Banque centrale européenne à sa réunion de jeudi.

Plus inquiétant encore pour les dirigeants européens, l'activité en Allemagne, première économie européenne et deuxième exportateur mondial après la Chine, s'est contractée pour le deuxième mois consécutif et plus fortement qu'en mars.

La France, l'Italie et l'Espagne, qui arrivent en deuxième, troisième et quatrième positions derrière l'Allemagne, ont aussi accusé une nouvelle contraction de leur activité industrielle.

De plus, aucun élément de l'enquête de Markit publiée jeudi ne présage d'une amélioration à court terme.

Son indice composite des directeurs d'achat (PMI) en zone euro a reculé en avril à 46,7, un plus bas de quatre mois, contre 46,8 en mars, même si le chiffre définitif a dépassé la première estimation publiée le 22 avril, qui le donnait à 46,5.

Le sous-indice de la production en zone euro, qui entre dans la composition de l'indice PMI composite attendu lundi et donne une vision plus large de l'économie, est revenu en avril à 46,5 contre 46,7, et celui des nouvelles commandes d'usines, à 45,4, ne dépasse que très légèrement son niveau du mois de mars (45,3).

"Il n'y a là rien qui permette de penser que le secteur manufacturier va prendre un tournant et se stabiliser à brève échéance, ce qui accroît la pression sur les responsables politiques afin qu'ils agissent rapidement pour revigorer la croissance", dit Chris Williamson, chef économiste de Markit.

5E TRIMESTRE DE CONTRACTION

En France, l'indice reste loin du seuil de 50 qui sépare croissance et contraction de l'activité, même s'il est légèrement remonté, à 44,4 contre 44,0 en mars.

Les investisseurs ont déjà largement anticipé une baisse du principal taux directeur de la BCE face à la dégradation de la conjoncture en zone euro de mois en mois.

L'économie de la région a subi son cinquième trimestre de contraction d'affilée fin 2012 et le produit intérieur brut (PIB) devrait encore baisser au premier trimestre 2013.

Les économistes tablent sur une croissance très faible pour le trimestre en cours, mais ces prévisions pourraient encore s'avérer trop optimistes.

L'indice des nouvelles commandes, qui fut le principal moteur de la reprise après la crise financière de 20017-2009, recule depuis près de deux ans, malgré la baisse régulière des prix depuis le début de l'année 2010.

Eurostat a annoncé mardi que l'inflation en zone euro était tombée à son plus bas niveau depuis trois ans, à un rythme annuel de 1,2%, nettement en déça de l'objectif de 2% fixé par la BCE, ce qui laisse une marge de manoeuvre à la BCE, tandis que le chômage atteint un record de 12,1%.

L'enquête fait ressortir une baisse des effectifs dans le secteur pour le 15e mois d'affilée en avril, bien qu'à un rythme moins soutenu qu'au mois de mars.

Marc Angrand et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.