Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Nouveau record de défaillances d'entreprises en 2013

Reuters12/02/2014 à 13:55

LES DÉFAILLANCES D'ENTREPRISES À UN NIVEAU RECORD EN 2013

PARIS (Reuters) - Les défaillances d'entreprises ont atteint un record l'an passé en France et leur nombre devrait se stabiliser à un niveau élevé en 2014 faute d'une croissance suffisante de l'activité économique, estime la Coface.

Un total de 63.452 entreprises ont donné lieu à un redressement ou une liquidation judiciaires en 2013, soit 5,3% de plus qu'en 2012 et 0,4% de plus que le précédent record touché en 2009, au plus fort de la crise, selon les chiffres publiés mercredi par l'assureur crédit.

Il note toutefois que le taux des défaillances est resté stable (0,8%) par rapport aux années d'avant-crise grâce à un stock d'entreprises qui continue de croître.

La Coface ajoute que le quatrième trimestre a connu une légère accalmie après un printemps et un été meurtriers.

Les entreprises de petite taille ont particulièrement souffert l'an passé avec des hausses de 5,2% pour les micro-entreprises, de 5,8% pour les TPE et de 8,2% pour les PME. Les défaillances ont revanche diminué de 4,9% pour les entreprises de taille intermédiaire (ETI), qui avaient connu une année 2012 particulièrement rude.

Le coût financier associé aux défaillances, à savoir l'encours des dettes fournisseurs des entreprises touchées, a augmenté de 10,4% à 4,82 milliards d'euros, une hausse qui tient en partie aux difficultés de deux grandes entreprises, le transporteur Mory-Ducros et le fabricant d'électroménager FagorBrandt.

Leur coût social a de même progressé de 6,3% avec 211.716 emplois menacés, un total proche de celui de 2009 (213.665)

Les secteurs exposés à la consommation ont connu une année 2013 difficile : +9,7% pour les défaillances dans la distribution, plus particulièrement la distribution spécialisée (librairies, meubles, jouets, fleuristes), +9,2% pour l'électronique-informatique-télécommunications et +6,1% pour les services aux particuliers, dont la restauration.

La chimie s'est distinguée avec un recul de 5,7% entre 2012 et 2013, qui a été plus prononcé encore (-5,7%) pour le sous-secteur pharmacie.

L'année 2014 a bien commencé, avec un nombre de défaillances sur 12 mois qui revient à 62.990 à fin janvier.

Mais la faible hausse du PIB attendue cette année fait qu'un recul marqué est improbable. Les économistes de la Coface estiment ainsi qu'une croissance annuelle de 1,6% est nécessaire pour stabiliser les défaillances, alors qu'ils l'anticipent pour leur part à tout juste 0,6% (contre 0,9% prévu par le gouvernement).

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

11 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • miez1804
    12 février14:26

    devrait se stabiliser à un niveau élevé en 2014 faute d'une croissance suffisante de l'activité économique: faux, les gens ne veulent plus faire des heures et des heures pour avoir toujours plus a payer, et cerise sur le gateau on les traite de voyous, donc tant que Bouffon 1er et ses 39 sinistres seront aux manettes, pas la peine d'esperer!

    Signaler un abus

  • vinks007
    12 février14:11

    Strictement aucune inversion de courbe ici, on est plutôt dans la courbe exponentielle confirmée !

    Signaler un abus

  • M9095115
    12 février13:33

    Belle politique,tout est en augmentation.Faillites,Chomage,dette,Déficit,impots,taxes.Et la porte parole bécassine Valaud se permet de donner des leçons à Gattaz.On croit rêver

    Signaler un abus

  • M2711013
    12 février13:29

    TIENS mon commentaire a sauté ??? comme Hollande en 2017 ...

    Signaler un abus

  • KAFKA016
    12 février13:17

    63 000 entreprises ont disparu en 12 mois....mais se qui est rassurant c'est que c'est stable!!!!! comme le chomage quoi!! ils sont extras ces journalistes de gauche.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.88245 0.00%
1.15305 0.00%
360.2 -1.56%
52.83 +0.06%
112.545 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.