Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Nissan pourrait utiliser le nouveau moteur électrique de Renault

Reuters18/06/2015 à 14:03

LE NOUVEAU MOTEUR ÉLECTRIQUE DE RENAULT POURRAIT ÊTRE UTILISÉ PAR NISSAN

par Gilles Guillaume

CLEON (Seine-Maritime) (Reuters) - Le nouveau moteur électrique produit en France pour la Zoé de Renault pourrait également équiper à l'avenir des modèles de Nissan, a déclaré jeudi le directeur commercial des véhicules électriques du constructeur français.

Le moteur, nom de code R240 car il permet une autonomie de 240 kilomètres contre 210 avec le moteur précédent, est fabriqué depuis avril dans l'usine Renault de Cléon (Seine-Maritime). La chaîne de fabrication est officiellement inaugurée ce jeudi en présence des élus locaux.

"C'est un moteur pour la Zoé, mais il est ouvert à l'alliance, c'est-à-dire aux futures voitures Renault et aux futures voitures Nissan", a déclaré Vincent Carré à des journalistes en marge d'une visite de l'usine.

"Pour des questions de business, nous n'allons pas multiplier les moteurs et nous allons évidemment le réutiliser pour d'autres produits. Je ne peux pas encore dire lesquels, d'ailleurs ce n'est pas décidé", a-t-il ajouté.

Alors que les deux constructeurs mettent en commun un nombre croissant de composants et de programmes depuis plusieurs années, les véhicules électriques et les batteries ont obéi jusqu'ici à des logiques beaucoup plus distinctes.

Nissan achète encore à l'extérieur le moteur de sa Leaf électrique. Le R240 marque lui la décision de Renault de produire en interne son propre moteur électrique, alors que son prédécesseur était acheté à l'allemand Continental.

Le lancement du nouveau moteur s'est accompagné de 100 créations d'emplois à Cléon, pour une capacité de production initiale de 50.000 unités par an. Cette capacité peut être à terme multipliée par deux.

Le site de Cléon, qui emploie près de 4.000 personnes, est l'une des plus grosses usines de moteurs de Renault. Elle a produit l'an dernier près de 500.000 moteurs, surtout diesel, dont environ 40% sont allés aux constructeurs partenaires, pour moitié Nissan.

Le marché des voitures électriques, sur lequel Renault-Nissan mise beaucoup depuis le début, a connu un démarrage bien plus lent que prévu. Vincent Carré estime cependant que l'accélération actuelle des ventes (+75% environ sur cinq mois pour la citadine Zoé en Europe), aidée notamment par l'instauration d'aides publiques comme le superbonus en France, devrait se poursuivre cette année, avec une hausse d'au moins 50% attendue pour Renault en Europe.

Selon les derniers chiffres de l'Avere (Association pour le développement de la mobilité électrique), les immatriculations de véhicules électriques ont bondi de 52,3% sur le marché européen sur les cinq premiers mois de l'année. La voiture la plus vendue est la Leaf de Nissan, suivie de la Zoé de Renault.

Vincent Carré pense aussi qu'avec 40.000 bornes de recharge en France attendues fin 2016, contre 10.000 actuellement, l'écosystème de charge sera suffisamment visible pour rassurer les automobilistes sur l'autonomie de leur voiture et accompagner le développement du marché.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.