Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Nike anticipe des difficultés logistiques au prochain trimestre
information fournie par AOF24/09/2021 à 14:39

(AOF) - Nike a publié un bénéfice net au premier trimestre de son exercice 2022 (à fin août) de 1,87 milliard de dollars, soit 1,16 dollar par action, après un bénéfice de 1,52 milliard, ou 95 cents par action, un an plus tôt. Le consensus FactSet visait un BPA de 1,12 dollar. L'équipementier sportif a également réalisé un chiffre d'affaires en croissance de 16% à 12,25 milliards de dollars, alors que les analystes attendaient 12,5 milliards. La marque Nike représente à elle seule des ventes de 11,6 milliards (+12%), contre 629 millions pour Converse.

Le groupe originaire de l'Oregon a également constaté une hausse de 20% des frais de vente et d'administration, ceux-ci atteignant 3,6 milliards de dollars. Ils sont dus pour l'essentiel (2,7 milliards de dollars) à une augmentation des dépenses liées aux salaires, aux investissements technologiques et aux coûts variables.

Les stocks de Nike sont restés stables à 6,7 milliards de dollars "grâce à la forte demande des consommateurs au cours du trimestre, compensée par des stocks en transit élevés en raison de l'allongement des délais d'approvisionnement dû aux perturbations continues de la chaîne logistique", explique la marque à la virgule.

Des difficultés d'approvisionnement dues à des problèmes portuaires et ferroviaires mais aussi à la fermetures d'usines au Vietnam, qui ont poussé l'équipementier à revoir à la baisse ses prévisions pour le prochain trimestre: le groupe s'attend ainsi à des ventes stables ou en baisse, et a également réduit ses prévisions de bénéfices pour l'exercice 2022 à environ 5% ("mid-single digit") contre plus de 10% précédemment ("low teens").

AOF - EN SAVOIR PLUS

La Chine devient le premier consommateur de cosmétiques français

Les exportations du secteur français de la cosmétique ont reculé de 11,8%, à 15,7 milliards d'euros en 2020. La crise sanitaire a désorganisé la production et la logistique de la filière, qui conserve néanmoins sa position de deuxième contributeur au solde positif du commerce extérieur. La France maintient également sa place de leader mondial du secteur (24 % de parts de marché).

Dans un mouvement similaire à celui de l'industrie du luxe , la Chine est devenue le premier marché, devant l'Allemagne et les Etats-Unis. En 2020, les exportations vers ce pays ont bondi de 20,7%, alors qu'elles reculaient de 15% vers les Etats-Unis et de 24% vers l'Allemagne. D'après la Fédération des entreprises de la beauté, la Chine est de loin le premier acheteur de rouge à lèvres français, avec plus d'un rouge à lèvres sur quatre exportés.

Difficultés inédites pour les grands magasins

Le secteur doit affronter une conjonction d’épreuves inédites suite à la crise sanitaire : fermeture des points de vente, désertion des clients internationaux et désaffection des Français pour la mode. Les Galeries Lafayette vont perdre la moitié de leur chiffre d’affaires cette année (soit 1,7 milliard d’euros) et subir des pertes d’exploitation très significatives, comme ils n’en ont jamais enregistré depuis vingt-cinq ans. Le retour en France des touristes internationaux devrait être très progressif. Le groupe estime qu’il ne devrait retrouver le niveau de 2019 qu’en 2024. Le Bon Marché ou Le BHV pâtissent également du télétravail et des nouvelles restrictions à l’utilisation de la voiture dans la capitale. Le groupe Printemps, qui a obtenu un PGE de 150 millions d’euros, va fermer sept magasins en France. Pour se redresser, les acteurs misent sur le numérique et modifient leur positionnement en se tournant davantage vers la clientèle locale et en transformant les magasins en des lieux de vie.

Valeurs associées

NYSE +0.18%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.