Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nexter et KMW veulent constituer une force de frappe à l'export

Reuters29/07/2015 à 16:17

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le rapprochement entre le groupe public d'armement français Nexter et la société allemande KMW, signé mercredi à Paris, vise d'abord à constituer une force de frappe à l'exportation dans un marché mondial très morcelé.

La France espère que la nouvelle co-entreprise, qui n'a pas encore de nom, sera opérationnelle le 1er janvier 2016, après plusieurs formalités dont la promulgation de la loi "Macron" sur l'activité et l'emploi, qui autorise la privatisation de Nexter.

Mais il faudra beaucoup plus de temps pour que la fusion entre véritablement dans les faits, notamment en matière de spécialisation et de répartition géographique de ses activités.

Concernant les capacités productives, "on va rester sur l'organisation actuelle pendant un bon moment", souligne-t-on au ministère français de la Défense.

"Cela reposera beaucoup sur un projet commun", estime un expert, qui rappelle qu'il a fallu près de 15 ans au fabricant européen de missiles MDBA pour en arriver là.

Dans un premier temps, Français et Allemands attendent donc surtout une mutualisation et une rationalisation de la recherche et développement, un regroupement des achats pour peser sur les fournisseurs et une mise en commun des réseaux d'exportation.

Selon le ministère, la nouvelle entreprise, détenue à 50-50 par l'Etat français, via GIAT Industries, et par la famille Bode-Wegmann, propriétaire de KMW, pèsera près de deux milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel et neuf milliards d'euros de commandes, pour une valorisation de l'ordre d'un milliard.

Elle deviendra numéro deux des armements terrestres en Europe derrière BAE systems, qui fait cependant l'essentiel de son chiffre d'affaires aux Etats-Unis, et le quatrième au niveau mondial, reléguant l'allemand Rheinmetall en cinquième position.

Elle emploiera environ 6.000 personnes, réparties à peu près équitablement entre Nexter et KMW, et sera aux trois quarts tournée vers l'exportation, ajoute-t-on de même source.

La transition devrait être facilitée par la relative complémentarité de Nexter et KMW, le groupe français étant un spécialiste des véhicules à roues, des canons et des munitions, et l'allemand des véhicules à chenilles et des "caisses".

SUSCEPTIBILITÉS

"Il y a peu de doublons", souligne un expert. Les plus flagrants sont le char lourd français Leclerc et le Léopard de KMW, ainsi que le véhicule blindé de combat d'infanterie (VBCI) de Nexter et son concurrent allemand Boxer.

La conception d'un nouveau blindé lourd commun ne sera pas envisagée avant 2020, voir 2025, dit-on au ministère, où l'on souligne qu'aucun crédit n'est prévu pour cela dans l'actuelle loi de programmation militaire.

D'autant que la France a engagé la modernisation de ses Leclerc dans le cadre du programme Scorpion de rénovation générale de son parc de blindés, un projet de quatre à cinq milliards d'euros sur une dizaine d'années, que Nexter, Renault Trucks Défense (RTD) et Thalès continueront de mener à bien.

"On compte aussi sur KMW pour faire en sorte que ce soit un succès à l'export", dit-on cependant au ministère de la Défense.

Les pouvoirs publics français misent également sur la capacité de la future entité à lancer des projets de sa propre initiative, sans attendre de financements publics.

On admet cependant du côté français qu'il y aura à mener un travail d'harmonisation des règles des deux pays en matière d'exportation d'armements, l'Allemagne étant plus pointilleuse.

Le rapprochement Nexter-KMW n'a d'ailleurs pas toujours bonne presse en Allemagne, où ses détracteurs voient notamment d'un mauvais oeil la perspective de partager avec un ex-rival les avances technologiques allemandes.

Le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, était plutôt favorable à un rapprochement KMW-Rheinmetall.

Il a fallu ménager les susceptibilités de part et d'autre du Rhin, d'où le choix d'Amsterdam, aux Pays-Bas, pour installer le siège de la nouvelle entreprise.

Le rapprochement, qui n'entraînera en France ni réductions d'emplois, ni changement de statut des salariés, a cependant été plutôt bien accueilli par les syndicats de Nexter, fait-on valoir au ministère de la Défense.

(Edité par Yves Clarisse)


Mes listes

valeur

dernier

var.

8.155 +0.80%
8.152 +2.10%
2.905 0.00%
0.876 +0.56%
1.235 -0.26%
24.99 -3.44%
73.71 -0.11%
65.6 -0.32%
1.314 +1.70%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.