Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Moody's bride une aide publique éventuelle aux banques en France

Reuters18/10/2011 à 18:17

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - L'évaluation par Moody's de la perspective stable du "triple A" de la France illustre qu'à la différence de 2008, l'Etat français dispose actuellement d'une marge de manoeuvre étroite pour aider son système bancaire à se recapitaliser afin de surmonter la crise de la dette en zone euro.

Alors que les dirigeants européens travaillent à un plan de recapitalisation du secteur bancaire du Vieux continent, l'agence de notation indique en effet qu'une intervention publique dans le système bancaire français sera un des éléments qu'elle prendra en compte pour évaluer la perspective de la note de la France dans les trois mois qui viennent.

Dans cette perspective, un nouveau dispositif de recapitalisation publique des banques et de garanties d'Etat au refinancement, tel que celui mis en place à l'automne 2008, paraît, selon les analystes, difficilement envisageable, sauf à mettre en péril la note de la France qui participe déjà au nouveau sauvetage de la banque franco-belge Dexia.

Après la faillite de Lehman Brothers, le gouvernement avait mobilisé une enveloppe globale de 360 milliards d'euros dont 320 milliards d'aide à la liquidité via la Société de financement de l'économie française (SFEF) et 40 milliards pour le renforcement des fonds propres via la Société de prises de participation de l'Etat (SPPE).

"Le message de Moody's revient à dire que la France ne peut pas aider son secteur bancaire", commente Alex Koagne, analyste financier chez Natixis. "C'est une manière de dire : 'si vos banques doivent être recapitalisées, elles devront le faire sur les marchés'. C'est l'interprétation que j'en fais."

"Si on parle de renflouement des banques avec garanties de refinancement comme en 2008, là il y aura un problème de notation pour la France", prévient aussi Christophe Nijdam, analyste chez Alphavalue.

DÉGRADATION PAR RICOCHET

Pour rassurer les marchés sur la solidité du système bancaire européen, le gouvernement français demande en priorité aux banques de se recapitaliser par leurs propres moyens en mettant davantage de bénéfices en réserve ou en sollicitant des capitaux privés, une intervention publique n'étant pour le moment envisagée qu'en ultime recours.

S'alignant sur la position de l'Allemagne, Paris a de surcroît exclu toute intervention du Fonds européen de stabilité financière (FESF) pour aider les banques.

Certains analystes se demandent toutefois si l'Etat ne devrait pas intervenir pour soulager les tensions qui règnent sur le marché du financement bancaire.

"C'est dangereux dans la mesure où le marché interbancaire est aujourd'hui fermé. Peu de banques peuvent émettre", réagit encore l'analyste de Natixis à l'annonce de Moody's. "Cela ajoute de la pression et je ne sais pas dans quelle mesure cela pourrait obliger l'Etat français à relancer la SFEF."

La menace qui pèse sur le "triple A" de la France devient dans le même temps une menace aussi pour les notes des banques françaises dans la mesure où une dégradation de la France entraînerait une dégradation des notes bancaires, avec pour conséquence un nouveau renchérissement des coûts de financement.

Comme le montre le rapport de Standard & Poor's de vendredi sur le secteur bancaire français, les agences de notation prennent également en considération la capacité d'aide public des Etats pour évaluer et attribuer les notes de crédit des établissements bancaires.

"La conséquence d'une dégradation de la note de la France serait le risque d'un renchérissement du coût de financement pour l'Etat et les banques", résume Alex Koagne, chez Natixis.

La pression sur les banques françaises sera d'autant plus forte qu'elles ont déjà vu leur coût de financement augmenter avec la crise de liquidité qui sévit depuis l'été.

Déjà dégradées par les agences de notation, les banques françaises sont toujours vues comme étant vulnérables en raison de leur structure de financement.

"Après avoir correctement géré la crise après Lehman Brothers, on s'est peut-être un peu trop reposé sur nos lauriers", souligne un ancien banquier parisien, reconnaissant que les banques françaises avaient tardé à tirer tous les enseignements de la crise financière de 2008.

Fitch a placé jeudi dernier sous surveillance négative les notes de crédit long terme de BNP Paribas, du Crédit agricole et du Crédit mutuel.

L'agence Moody's a quant à elle prolongé mi-septembre l'examen des notes de BNP Paribas mais déclassé celles du Crédit agricole et de la Société générale.

Edité par Jean-Michel Bélot

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.