1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Modulation des allocations familiales : François Hollande entretient le flou
Le Parisien08/10/2014 à 23:50

Modulation des allocations familiales : François Hollande entretient le flou

François Hollande a, semble-t-il, fermé la porte au projet des député socialistes. Le chef de l'Etat a estimé en effet ce mercredi que la piste d'une modulation des allocations familiales en fonction des revenus était un principe «pour l'instant en discussion» mais «pas retenu».

«La modulation des allocations familiales», réclamée par des députés PS, «n'est pas une réforme structurelle», a-t-il dit. Dans une phrase qui peut laisser libre cours à plusieurs interprétations, le chef de l'Etat a affirmé : «C'est simplement une technique pour faire des économies ou un principe qui pour l'instant est en discussion et n'a pas été retenu», a poursuivi le chef de l'Etat lors d'un point presse après la conférence sur l'emploi en Europe organisée à Milan (Italie).

Comprenne qui pourra. La prudence de François Hollande s'explique peut-être par le fait que l'idée ultra-sensible d'une modulation des allocations familiales en fonction des revenus, relancée par des députés socialistes, est une réforme, déjà envisagée dans le passé, qui a fait reculer plusieurs gouvernements.

Des députés PS contestent le congé parental

Mardi matin, lors d'une réunion à huis clos pour préparer la session budgétaire, des députés PS ont contesté avec force la réduction du congé parental pour les mères à 18 mois en échange d'une période égale pour les pères (qui sont infiniment moins nombreux à interrompre leur activité professionnelle pour se consacrer aux premières années de leurs enfants), et particulièrement la rapporteure du volet famille du budget Marie-Françoise Clergeau.

«Je suis totalement pour la parité, mais si on met le congé parental à 18 mois pour les pères dès maintenant, cela va se faire au détriment des mères», aurait alors estimé, selon les Echos, le député de l'Hérault Sébastien Denaja, ancien rapporteur de la loi pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, promulguée en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

11 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • John222
    09 octobre17:23

    Moduler les allocs en fonction des revenus ça ressemble à une idée de TrouduQ de technocrates en bande organisé pour justifier des effectifs dans la fonction publique... et les occuper à quoi: gratter 13.49 euros sur 129 euros alloués à un couple de cadres avec deux enfants?Vous avez dit brillante idée?

    Signaler un abus

  • remimar3
    08 octobre23:17

    C'est du pur Flan_by, fidèle à lui-même.

    Signaler un abus

  • fbordach
    08 octobre22:15

    Vous vous attendiez à quoi? Décidément après deux ans çertains n'ont toujours pas compris qu'il était équipe d'une paire de gonades molles!

    Signaler un abus

  • stagolee
    08 octobre22:14

    Et pendant ce temps là,les fonctionnaires jardiniers (en fin de carrière),travaillant pour le Sénat gagnent 7.000 euros bruts par mois+ une prime de chauffage ,bien entendu et d'autres "petits" avantages.

    Signaler un abus

  • M547654
    08 octobre22:06

    stop aux allocs a partir du 4eme enfant. Ca evitera aux gens de profiter du systeme en faisant des enfants et en les laissant livrés a eux memes

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer