Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Modèle scandinave : où est passé l'État providence ?

Le Point20/01/2014 à 09:27

François Hollande et le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt. Ses mesures pour sauver le modèle social sont décriées par la gauche et encensées par The Economist.

"J'estime qu'il est possible de faire des économies, nombreuses, tout en préservant notre modèle social. D'autres pays l'ont fait, et des pays qui avaient cette tradition sociale. Je pense aux pays d'Europe du Nord, notamment", a déclaré François Hollande en conférence de presse mardi, soulignant que ces pays "en sont sortis plus dynamiques et plus solidaires". Une analyse un peu rapide qui fait fi de la manière dont les pays nordiques, touchés par la crise, ont réformé leur État-providence, au point d'être désormais cités en exemple par les penseurs libéraux. La Suède, "le prochain supermodèle" Ainsi, en Suède, de nombreux citoyens rétorqueraient à François Hollande une dégradation de la solidarité et dénonceraient l'allongement des temps d'attente dans les hôpitaux, les inégalités face à l'emploi qui exacerbent les tensions dans certaines banlieues et le délabrement du réseau ferroviaire. "La générosité du système a diminué", souligne Jonas Hinnfors, professeur de sciences politiques de l'université de Göteborg. "Beaucoup de choses ont déjà commencé à changer dans les années 1980, et surtout les années 1990" où la Suède a traversé une grave crise financière, ajoute-t-il. Pour sauver ce qui pouvait l'être, la Suède a alors abandonné ses subventions à l'emploi ou au logement, réformé de fond en comble son système de retraite et réduit ses dépenses de santé. Son système de financement de la scolarité, favorable...

Lire la suite sur Le Point.fr

37 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • kejocol
    20 janvier17:34

    NEU NEU regarde seulement le resultat et il croit que la Suede a reformé son systeme en qques années, on parle qd meme des années 1990 soit deja 24 ans que la Suede a fait ces reformes. NEU NEU ne va pas supprimer les aides a son electorat, chomeurs, fonctionnaires, la securite sociale,.... donc, tjrs pas de changement, ou est son slogan????? juste des mots.

    Signaler un abus

  • ddenis14
    20 janvier17:03

    En France; l'argent public est surtout redistribué aux fonctionnaires et agents publics, en nombre pléthorique.Ils ne sont pas prêts de lâcher le morceau!

    Signaler un abus

  • fbordach
    20 janvier14:25

    Il y en a même pour qui le soleil tape tellement sur la tête qu'ils en écrivent des idioties sur les forums! Ceci dit un meilleur contrôle des dépensent ne serait pas un luxe et en particulier il faudrait veiller, dans la justice et le patriotisme comme diraient certains, et toutes choses égales par ailleurs, que ceux qui ne travaillent pas ne touchent pas plus que ceux qui travaillent...

    Signaler un abus

  • SuRaCtA
    20 janvier10:35

    Exact tout le monde, de plus pépère ferraient bien de se renseigner sur l'âge des retraites en Scandinavie...

    Signaler un abus

  • SuRaCtA
    20 janvier10:34

    Et ce n’est pas ultra-libéral de dire cela, c’est juste une question de bon sens de que cherche l’efficience du système… La France ne peux pas durablement tout à la fois se permettre d’être sur le podium mondial en matière de ponction, et d’être juste dans la bonne moyenne en matière de redistribution (au même niveau que l’Allemagne qui prélève pourtant plus de 10 points de moins sur la création de richesse national)

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.