Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

"Migrations : avantage ou inconvénient pour l'emploi ?" par Hippolyte d'Albis

Boursorama22/06/2015 à 10:44

''Un débat nécessaire et serein sur l'immigration peut partir du constat qu'elle ne détruit pas l'emploi'', explique Hippolyte d'Albis.

Le débat sur les solutions possibles au chômage s’enlise. Conjugué à la question de l’immigration, il s’enflamme. A tort ou à raison ? Hippolyte d’Albis estime nécessaire un débat serein pour éviter les idées fausses.

Lors des prochaines Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence (du 3 au 5 juillet 2015), l’emploi et le chômage seront disséqués par des acteurs majeurs du monde politique et économique et des experts venus des quatre coins du monde. Oseront-ils évoquer les effets des migrations sur l’emploi ? Alors qu’un drame sans précédent se déroule en Méditerranée, que l’Italie est au bord de la crise de nerf, que la Commission Européenne et les gouvernements se renvoient la balle, la plupart d’entre nous se détourne en se disant que, comme la conjoncture économique n’est pas si brillante, il vaudrait peut-être mieux ne pas l’aggraver en accueillant des étrangers.

Cette pensée n’étant pas particulièrement glorieuse, on préfère en général ne pas en parler. Elle vient pourtant de loin et depuis la crise des années 1930, l’extrême droite ne cesse de faire le parallèle entre le nombre de chômeurs et le nombre d’étrangers. Et tous ceux, quelles que soient leurs opinions politiques, qui croient que le travail se « partage », doivent avoir l’impression qu’il y a une petite part de vérité. Cette croyance est malheureusement validée par un discours des gouvernements en place qui, systématiquement, se sont opposés à la migration économique.

On ne compte plus les études économiques montrant que ce n’est pas vrai. Mais que peuvent ces études contre un argument, qui est fort parce que simple, disant qu’un étranger en plus c’est un emploi en moins pour un Français ? Et pourtant, une très simple logique peut nous convaincre du contraire. En France, comme dans la plupart des pays du monde, les étrangers sont discriminés sur le marché du travail : à compétence et autres caractéristiques égales, ils ont moins de chance de décrocher un travail. Dès lors, comment peut-on croire que ce sont ceux qui sont discriminés qui « prennent » le travail des autres ?

Revenons donc aux études économiques de l’effet de l’immigration sur l’emploi. Elles utilisent des évènements historiques de flux migratoires exceptionnels ou des bases de données individuelles très détaillées pour décortiquer les mécanismes à l’œuvre. Concernant la migration qualifiée, elles sont unanimes pour dire que l’économie du pays hôte bénéficie de ces cerveaux. Certains pays l’ont compris et ont engagé de vastes plans pour rendre leur territoire attractif. Parmi les étudiants aux Etats-Unis, un étranger a plus de chance de déposer un brevet qu’un américain. Concernant la migration non qualifiée, son effet bénéfique sur l’emploi passe par deux canaux : complémentarité avec les qualifiés natifs et amélioration des conditions d’emploi des non qualifiés natifs. Le débat porte sur l’ampleur de ces effets, qui au pire pourraient être faibles.

Il faut cependant se garder de tomber dans l’excès inverse en demandant à l’immigration de résoudre tous nos problèmes. Néanmoins, un débat nécessaire et serein sur l’immigration peut partir du constat qu’elle ne détruit pas l’emploi.

Hippolyte d’Albis

 

Hippolyte d’Albis est professeur d’économie à l’université Paris 1. Il est également chercheur associé à l’Ecole d’économie de Paris.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Le Cercle des économistes organise les Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence les 3, 4 et 5 juillet 2015 sur le thème « Et si le travail était la solution ». Entrée libre sur inscription – Débats diffusés en direct sur www.lesrencontreseconomiques.fr

Mes listes

valeur

dernier

var.

85.51 -0.01%
11.465 -0.04%
17.79 -2.84%
71.68 -0.26%
741.09 -2.54%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.