1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

MiFID II a dopé les échanges électroniques sur l'obligataire-étude
Reuters17/01/2019 à 15:41

    par Josephine Mason
    LONDRES, 17 janvier (Reuters) - Les volumes des transactions
électroniques ont bondi sur le marché obligataire depuis
l'instauration, en janvier 2018, de la directive européenne
MiFID II sur les marchés d'instruments financiers, suivant une
étude de Greenwich Associates qui montre qu'une législation
rigoureuse modifie la manière dont les intervenants de marché
opèrent.
    L'instauration de cette directive a rendu la conclusion de
transactions sur le marché de gré à gré plus onéreuse, poussant
ainsi les participants à privilégier les plateformes
électroniques.
    Le volume moyen quotidien des transactions électroniques sur
les emprunts d'Etat de l'Union européenne (UE) a augmenté de 36%
à 57 milliards de dollars sur la période janvier-septembre 2018,
lit-on dans cette étude.
    Le volume moyen quotidien des transactions électroniques sur
le segment corporate a lui augmenté de 39% à quatre milliards de
dollars durant la même période.
    Le trading électronique des swaps de taux par des traders
européens "buy-side" a progressé de 36% en 2018, après une
croissance de 20% en 2017, écrit Greenwich Associates.
    MiFID II, deuxième mouture de règles destinées à accroître
la transparence des marchés financiers, a été élargie pour
couvrir d'autres catégories d'actifs que les actions, en
particulier le taux fixe, les dérivés et les fonds indiciels
(ETF).
    Le marché des changes au comptant (spot) en a été exclu mais
les dérivés de change entrent dans le champ d'application de
MiFID II, qui exigent la publication des données avant et après
la transaction, ce que facilitent les plateformes électroniques.
Par exemple, le prix en vigueur sur le marché doit être vérifié
et enregistré avant d'exécuter une transaction.

 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc
Joanny)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer