Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Michelin revoit ses perspectives annuelles à la hausse
information fournie par AOF26/07/2021 à 18:09

(AOF) - Le résultat net au premier semestre de Michelin s’est établi à 1,032 milliard d'euros, après une perte de 137 millions un an pus tôt. Le résultat opérationnel est pour sa part ressorti à 1,437 milliard d'euros, soit 12,7 % des ventes, contre 310 millions d'euros et 3,3 % au premier semestre 2020. celui-ci reflète principalement un effet volume de 1,195 milliard en raison de la forte croissance des tonnages de pneus vendus et d'une meilleure absorption des frais fixes.

Les ventes sur les six premiers mois de l'année 2021 ressortent à 11,19 milliards d'euros, en hausse de 19,6 % par rapport à la même période de 2020. Elles ont bénéficié d'une demande portée par la reprise de l'économie mondiale en dépit d'importantes perturbations de la chaîne d'approvisionnement, et les reconstitutions de stocks de la distribution.

Les volumes pneumatiques sont en progression de 22,8 %, soit un effet sur le ROS de 1,195 milliard d'euros, traduisant des gains de parts de marché sur l'ensemble des segments.

Par ailleurs, le Groupe a revu ses objectifs 2021 à la hausse : le résultat opérationnel des secteurs annuel est désormais attendu supérieur à 2,8 milliards d'euros à parités constantes (contre plus de 2,5 milliards précédemment annoncés) et le cash flow libre structurel devrait être supérieur à 1 milliard d'euros (contre environ 1 milliard auparavant). Ceci à condition qu'il n'y ait pas de nouvel effet systémique lié au covid-19.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Un mouvement de consolidation devrait se produire

Selon une étude réalisée par le cabinet Roland Berger et la banque Lazard auprès de 600 entreprises du monde entier, les équipementiers automobiles ont lourdement pâti de la chute du marché automobile sur les six premiers mois : leur marge d'exploitation (Ebit), a chuté à 1,7% (contre 5,1% l'an dernier). Leur endettement s’est alourdi, dépassant, le plus souvent, trois fois leur Ebitda. D’après l’étude, suite à des ventes de véhicules légers neufs qui ne devraient pas dépasser 72 millions en 2020 sur le plan mondial (- 20% sur un an), les revenus des sous-traitants chuteront de 15 % à 20 %. Dans ce contexte fortement dégradé, le nombre d'opérations de fusions-acquisitions, qui devrait une nouvelle fois baisser en 2020, devrait rebondir l’an prochain. Sur un secteur, en pleine transformation, toutes les entreprises n’auront pas, en effet, les moyens d’adapter leur appareil de production à l'électrification des motorisations par exemple.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.26%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.