Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Michelin : Kepler Cheuvreux est à l'Achat
information fournie par AOF28/09/2022 à 12:38

(AOF) - Kepler Cheuvreux est à l'Achat sur le pneumaticien Michelin. Son objectif de cours est de 35 euros. Le broker affirme sa confiance dans les objectifs financiers que le groupe s'est fixés pour l'exercice 2022, malgré la volatilité des marchés finaux et des facteurs de coûts.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Leader mondial des pneumatiques avec 1/5 ème du marché, né en 1889 ;

- Groupe organisé en trois divisions générant 23,8 Mds€ de ventes : automobile (50 % ), transport routier (26 %) et activités de spécialités, provenant de l’Europe pour 38 % et de l’Amérique du nord pour 35 %;

- Activité réalisée aux 3/4 sur le marché des pneus de remplacement, moins cyclique que la « première monte » et moins sensible à la santé des constructeurs automobiles ;

- Modèle d’affaires sur 3 piliers : dans le pneu, autour du pneu avec la connectivité et au-delà du pneu (composites flexibles, biosourcés, impression 3D et mobilité hydrogène) ;

- Société en commandite par action contrôlée par la famille fondatrice (4 % du capital et 5,17 % des droits de vote), Barbara Dalibard présidant le conseil de surveillance de 11 membres et Florent Menegaux présidant la gérance ;

- Bilan très sain, noté A - ratio d’endettement de 19 % et autofinancement libre de 1,4 Md€.

Défis

- Stratégie 2030 : hausse annuelle de 5 % des ventes et rentabilité des capitaux investis de plus de 10,5 % à partir de 2023, repli vers 70 % des pneumatique dans les revenus, le reste provenant des applications, des systèmes de mobilité hydrogène et connectée, impression 3DS métal… ;

- Stratégie d’innovation pilotée par le président : répondant à 3 enjeux –fabrication additive, composites flexibles et mobilité hydrogène, fondée sur 5 piliers : R&D (700 M€ par an dans 9 centres), partenariats externes, en recherche (300), stratégiques (Enviro, Vabios, addUp, Pyrowave) ou institutionnels, co-conception avec les clients, innovation interne (100 000 idées par an de progrès et innovation venant des employés) et le programme d’incubation, exploitant et monétisant la base de données clients ;

- Stratégie environnementale « Planet » : soutenue par l’écosystème mondial Movin’On, objectifs de réduction d’émissions de CO2 : en 2030, - 50 % vs à 2010 et, en 2050, neutralité totale, des sites et de la logistique aux fournisseurs, une offre de pneus protecteurs de l’environnement par emploi de matières recyclées (objectif 2030 de 46 % et 100 % en 2050) et de matériaux durables (29 % des pneus en 2021), accompagnement de la mobilité électrique et de la mobilité hydrogène via Symbio, société commune avec Faurecia, économie circulaire « 4 R » (Réduire, Réutiliser, Renouveler, Recycler), dopée par des technologies de rupture en partenariat (Carbios, Enviro, Pyrowave…) ;

- Exécution du plan de redéploiement de la production (fermetures de 3 usines en pays développés et montée des sites indonésien et mexicain) et du plan SIMPLY d’efficacité sur 3 ans ;

- Renforcement de la place de n° 1 mondial des pneus pour véhicules électriques ;

- Capacité à intégrer la hausse des matières premières (caoutchouc, noirs de carbone et dérivés du pétrole soit 1/3 des achats) et de l’inflation dans la logistique et l’énergie par celle des prix de vente et par l’effet mix.

Défis

- Effet négatif de la désorganisation des chaînes d’approvisionnement et de la pénurie de main-d’œuvre(routiers et ouvriers) en Amérique et en Europe ;

- Guerre Russie-Ukraine : suspension de l’activité industrielle et des exportations vers la Russie (2 % des ventes, soit un risque sur le bilan estimé à 200 M€ environ) ;

- Retombées des investissements industriels en 2022-23, estimés à 1,8 Md€ par an ;

- Après un 1 er trimestre dynamique, objectif 2022 confirmé d’un bénéfice opérationnel de + 3,2 Mds€ et d’un autofinancement libre de + 1,2 Md€ ;

- Dividende 2021 de 4,5 €.

Des négociations avec les constructeurs

En moyenne, les équipementiers représentent entre 60 à 85 % du prix de revient de fabrication d'un véhicule. Selon la Fédération des industries des équipements pour véhicules (Fiev) les négociations sont très tendues avec les constructeurs concernant la répercussion de l'augmentation des coûts. Les hausses de prix portent à la fois sur les composants électroniques, les matières premières, telles que l'acier, le nickel, le lithium ou le palladium, l'énergie et les transports. Les équipementiers négocient principalement avec Stellantis et Renault pour mettre en place des indices permettant de répercuter les hausses. Ils parient aussi sur l'innovation, la différenciation, la montée en gamme et l'internationalisation.

Valeurs associées

LSE -100.00%
Swiss EBS Stocks 0.00%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 28/09/2022 à 12:38:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.