1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Merkel veut un Fonds européen géré par les Etats-membres

Reuters18/04/2018 à 14:03
    BERLIN, 18 avril (Reuters) - Angela Merkel s'est prononcée
mercredi pour la transformation de l'actuel Mécanisme européen
de stabilité en un Fonds monétaire européen (FME) placé sous
contrôle des Etats membres, lors d'une intervention devant les
parlementaires de son camp conservateur au Bundestag, rapportent
plusieurs d'entre eux. 
    La chancelière, qui doit évoquer la réforme de la zone euro
jeudi avec Emmanuel Macron, a par ailleurs souhaité que ce fonds
soit intégré à la législation européenne via une modification
des traités mais elle n'en fait pas une condition, ont-ils
précisé.
    Selon l'un d'eux, Angela Merkel souhaite que ce FEM
intervienne de façon conditionnelle, à la manière du Fonds
monétaire international (FMI), dont les prêts sont assortis
d'exigences strictes.
    "Il n'y a pas une partie qui freine et l'autre qui avance.
Nous voulons juste trouver une bonne manière de réformer
ensemble", a souligné un autre.
    Dans le cadre de leur accord de coalition, conservateurs et
sociaux-démocrates allemands se sont entendus sur le principe
d'un renforcement et d'une réforme de la zone euro en
coopération étroite avec la France, mais les deux blocs
divergent sur les détails.
    Les premiers souhaitent que chaque pays de la zone euro
assume les risques économiques qu'il court, alors qu'Emmanuel
Macron préconise davantage de solidarité.  
       

 (Andreas Rinke et Paul Carrel, Jean-Philippe Lefief pour le
service français, édité par Véronique Tison)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

42.065 -6.93%
4896.92 +0.00%
1.13507 -0.06%
61.09 -1.00%
6.4 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer