Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Merkel reste opposée à l'augmentation du fonds d'urgence de l'UE

Reuters25/01/2012 à 21:54

MERKEL RESTE OPPOSÉE À L'AUGMENTATION DU FONDS D'URGENCE DE L'UE

DAVOS, Suisse (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel a rejeté mercredi les appels à une augmentation de la capacité des fonds de secours de la zone euro, estimant que la clef pour rassurer les marchés était de mettre en place des politiques gouvernementales qui inspirent confiance.

Elle a également déclaré qu'une plus grande intégration européenne finirait par apporter une solution à la crise de la dette de la zone euro.

"Nous devons être prêts à oser plus d'Europe", a estimé Angela Merkel lors du discours d'ouverture du Forum économique mondial de Davos.

A cette occasion, elle s'est interrogée sur la logique des arguments de ceux - certains intervenants de marché, des responsables politiques, le Fonds monétaire international (FMI) - qui pressent Berlin de mettre davantage sur la table, sans pour autant exclure une telle éventualité.

Au cours de la semaine, Christine Lagarde, directrice générale du FMI a suggéré que les fonds d'urgence à disposition de la zone euro puissent être doublées - pour atteindre mille milliards d'euros - en combinant les ressources du Fonds européen de stabilité financière (FESF), temporaire, et celles du Mécanisme européen de stabilité (MES), appelé à le remplacer de manière permanente cet été.

"Maintenant ils disent (...) : 'Il faut doubler la capacité. S'il était deux fois plus gros, nous vous ferions confiance'", a dit Angela Merkel.

"Certains disent: 'Il faudrait même qu'il soit trois fois plus gros, et là nous vous ferions vraiment confiance'. Et je me demande à chaque fois pour combien de temps ceci est crédible et quand cela cesse de l'être."

"Ce que nous ne voulons pas (en Allemagne) c'est une situation dans laquelle nous promettons quelque chose que nous ne pouvons pas tenir au final, parce que si l'Allemagne (...) promet quelque chose qu'elle ne peut pas tenir si les marchés l'attaquent fortement, alors l'Europe sera vraiment vulnérable", a-t-elle ajouté.

UNE UE PLUS FÉDÉRALE

Des responsables européens ont déclaré que Berlin devrait accepter en mars de laisser l'actuel FESF, qui a encore 250 milliards de fonds disponibles, et le futur MES, doté de 500 milliards d'euros, fonctionner en parallèle.

Angela Merkel n'a pas commenté cette possibilité, soulignant que l'Europe devait regagner la confiance des marchés en mettant en oeuvre de manière plus rigoureuse les règles budgétaires et en appliquant des réformes susceptibles de rendre son économie plus compétitive.

Selon elle, l'Europe a déjà perdu une bonne partie de la confiance des investisseurs.

"La confiance a été perdue parce que quelqu'un a dit: 'Ils ont promis quelque chose qu'ils n'ont pas fait par la suite'", a souligné la chancelière allemande.

"La confiance est la monnaie la plus importante qu'on puisse avoir dans le monde en ce moment."

Angela Merkel s'est dit convaincue que la zone euro allait surmonter la crise de la dette qui la plombe depuis deux ans et que la région allait à nouveau attirer des investissements.

Elle a exposé sa vision à long terme d'une Union européenne plus fédérale, dans laquelle elle voit la plupart des Etats membres adopter l'euro.

"Nous devrons nous habituer au fait que la Commission européenne, qui a déjà beaucoup de compétences, s'apparentera de plus en plus à un gouvernement", a encore dit Angela Merkel.

Erik Kirschbaum et Annika Breidthardt, Nicolas Delame, Jean Décotte et Benoît Van Overstraeten pour le service français


Mes listes

valeur

dernier

var.

0.92 -4.91%
1.231 0.00%
38.538 0.00%
166.28 -1.08%
1.74 0.00%
2.255 +5.62%
2.76 +13.11%
94.12 -0.40%
1.278 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.