Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Menace de krach à Wall Street?
Le Revenu19/01/2016 à 07:33

Un ours Grizzly, symbole du Bear market (©pixabay.com)

Un ours Grizzly, symbole du Bear market (©pixabay.com)

Albert Edwards à la Société Générale se distingue dans l'univers financier par des positions très iconoclastes qui dérangent souvent le consensus optimiste des prévisionnistes.

Nous avions déjà publié le 27 décembre sur notre site lerevenu.com la vision très pessimiste du stratège qui insistait sur la cherté des actions. Il réitère son anticipation négative sur le SP 500 américain, en le valorisant à... 550 points, soit une baisse de 70% par rapport au cours actuel !

Dévaluation de la monnaie chinoise

Selon lui, les investisseurs vont prendre peu à peu conscience de l'impact récessif et déflationniste sur les économies développées de la dévaluation de la monnaie chinoise. Le carnage à venir serait le résultat indirect du quantitative easing de la Fed, qui n'a pas fait grand-chose pour stimuler la croissance américaine mais qui inflaté les actifs financiers à des niveaux stratosphériques.

Une zone où le QE américain a soutenu la croissance de l'activité est celle des économies émergentes, boostées par l'afflux de liquidités, avec pour conséquences une bulle sur les matières premières et un boom d'investissement dans les pétroles de schistes aux Etats-Unis, provoquant une « illusion de prospérité ».

Selon Albert Edwards, si l'inflation des actifs par de la création monétaire conduisait à la prospérité économique, l'Argentine serait le pays le

Lire la suite sur le revenu.com

34 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • theedge1
    26 janvier15:30

    A contraster avec un article sur le site marketwatch, "This is the single best reason to buy U.S. stocks now" qui contredit complètement le petit albertMorgan stanley ou SG? qui aura raison

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer