Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

MBWS : bon début d'année, mais perspectives prudentes
information fournie par AOF27/09/2022 à 11:00

(AOF) - Marie Brizard Wine & Spirits (MBWS) cède 0,4% à 2,4 euros après la publication de résultats semestriels en progression mais de perspectives prudentes. Le groupe français de vins et spiritueux, contrôlé par la Compagnie Financière Européenne de Prises de Participation (Cofepp) à hauteur de 78,52% du capital, a réalisé au premier semestre 2022 un bénéfice net de 2,5 millions d'euros, en hausse de 66,7%. Une amélioration qui s'explique principalement par une base de comparaison favorable. L'an dernier, le bénéfice était grevé par des pertes liées à des activités abandonnées ou cédées.

Plus pertinent, l'Ebitda du propriétaire de William Peel et Sobieski a progressé de 26,7% à 7,6 millions grâce à de bonnes performances à l'International, avec un redémarrage de certains marchés export direct au Royaume-Uni, Canada, Corée et Australie et filiales comme MBWS Baltics. L'Ebitda a bénéficié également d'une baisse des coûts de structure de la holding du fait de la réorganisation initiée en 2021.

Le chiffre d'affaires, hors droits d'accise - impôt prélevé par l’État sur certains produits dont l’alcool - s'est élevé à 86,4 millions, en hausse de 5,9% hors effet change.

Cette amélioration, en grande partie sur le On-Trade, s'explique en particulier par la reprise de l'activité sur de nombreux marchés, suite notamment à la réouverture des bars et restaurants.

Le chiffre d'affaires du cluster France s'est établi à 40,1 millions en progression de 2,5% du fait principalement d'une reprise significative de l'activité On-Trade, toutefois moins prononcée au deuxième trimestre, et d'une stabilité des ventes du Groupe sur le marché Off-Trade.

Le chiffre d'affaires du cluster International s'est établi à 46,3 millions, en progression de 9,2% à change constant.

Cette évolution reflète des évolutions contrastées selon les zones. Le groupe a observé un regain confirmé de l'activité en Europe, notamment en Grande-Bretagne, pénalisé l'an dernier par des restrictions sanitaires, et ce malgré le conflit russo-ukrainien entraînant un recul limité de certaines zones géographiques à l'export.

MBWS a bénéficié d'une bonne performance de l'ensemble des marques stratégiques du groupe, notamment de Marie Brizard et Gautier, au Canada, en Corée, Australie et Pologne.

En revanche, le groupe a affronté une baisse des ventes de vodka Sobieski aux Etats-Unis dans une catégorie fortement concurrentielle.

En termes de perspectives, MBWS affiche sa prudence en raison de la hausse des matières premières et de l'énergie ainsi que de la disponibilité variable des productions des fournisseurs.

Le groupe continue donc d'être particulièrement attentif aux impacts de cet environnement volatil quant à sa capacité à fournir l'ensemble de ses clients dans le monde et à la résistance de la demande des consommateurs, face à la nécessaire adaptation de ses politiques tarifaires.

Dans ce contexte, MBWS maintient sa position prudente pour les prévisions concernant l'activité commerciale pour la fin d'année 2022.

Enfin, compte tenu de l'échéance prochaine de bons de souscription d'actions émis par la société (les BSA 2022), Cofepp a confirmé ne pas avoir l'intention d'initier, à ce jour, une OPA sur le solde du capital de MBWS. Cofepp a indiqué par ailleurs ne pas avoir l'intention d'exercer les bons de souscription qu'elle détient.

Pour autant, Cofepp se réserve la possibilité d'acquérir des titres de la société sur le marché ou hors marché.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Développement de l'industrie laitière chinoise

Le gouvernement chinois encourage la consommation de produits laitiers pour améliorer la nutrition et les défenses immunitaires de la population, tout en cherchant à réduire la dépendance du pays aux importations. Souhaitant tourner la page du scandale du lait infantile mélaminé, qui avait affecté 300.000 bébés en 2008, la production de lait repart dans le pays, après dix ans de stagnation. Les grands groupes industriels (Mengniu , Yili, Youran ou Modern Dairy) n'exportent pas et se concentrent sur un marché intérieur, qui croît de 4 à 5 % par an. Ils développent de très grosses fermes et misent fortement sur l'innovation, en investissant quatre fois plus que tous leurs concurrents dans le monde.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.88%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 27/09/2022 à 11:00:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

1 commentaire

  • 30 septembre10:42

    Cayard, le roi des boulangers !


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.