Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mauvaise fin 2015 pour les défaillances d'entreprises en France

Reuters19/01/2016 à 08:58

HAUSSE DES DÉFAILLANCES D'ENTREPRISES EN FRANCE AU DERNIER TRIMESTRE 2015

PARIS (Reuters) - Les défaillances d'entreprises sont reparties à la hausse au quatrième trimestre en France, brisant le mouvement de baisse amorcé en 2014 après une année 2013 record en la matière, selon les chiffres publiés mardi par la société Altares.

La fin 2015 a surtout été meurtrière pour les petites entreprises, essentiellement celles à destination des particuliers dans des secteurs comme le commerce de détail, la restauration et les soins de beauté alors que la tendance a été favorable pour les autres, souligne Altares.

Un total de 15.914 défaillances ont été enregistrées au dernier trimestre 2015, soit 1,6% de plus qu'un an plus tôt, du fait d'un bond de 2,5% des liquidations judiciaires prononcées. Les redressements judiciaires ont augmenté dans le même temps de 0,9% et les procédures de sauvegarde ont diminué de 11,7%.

Sur l'ensemble de 2015, le nombre de défaillances progresse de 0,8%, à 63.081 contre 62.586 un an plus tôt. Il avait atteint un record de 63.983 en 2013.

La grève intervenue fin 2014 dans les tribunaux de commerce a influé sur l'évolution de 2015 des statistiques de défaillances, qui ont été particulièrement élevées au premier trimestre du fait d'un effet de rattrapage après des chiffres faibles les trois mois précédents.

L'année 2015 a vu les PME de plus de 50 salariés emboîter le pas de la baisse derrière les grands groupes et les entreprises de taille intermédiaire (ETI). Le nombre de leurs défaillances a enfin retrouvé son rythme d'avant-crise (408 sur l'année, soit le total le plus bas depuis 2008).

MOINS D'EMPLOIS MENACÉS

La diminution de la taille des entreprises touchées fait que le nombre d'emplois menacés a baissé de près de 10.000, à 235.000, en 2015.

A la lumière des évolutions des dernières années, avec des taux de liquidations judiciaires directes qui sont supérieurs à 68% chez les TPE, Altares constate que la culture de la prévention des difficultés reste peu présente sur ce segment.

"Plus de 43.000 entreprises ont été immédiatement liquidées en 2015, suggérant qu’elles se sont présentées devant le tribunal tardivement et dans une situation financière obérée", souligne la société.

Et les trois quarts, près de 33.000, avaient moins de trois salariés, une catégorie d'entreprises pour laquelle la procédure de sauvegarde est dix fois moins utilisée que par les sociétés de plus de 50 salariés.

Thierry Millon, directeur des études d'Altares, insiste également sur les difficultés pour les TPE à gérer leurs besoins de fonds de roulement dans un environnement économique plus favorable, où les carnets de commandes se regarnissent.

"93% des défaillances concernent des TPE dont nombre d’entre elles ont fait défaut faute d’avoir correctement géré leur BFR", dit-il.

Pour Thierry Millon, "l’objectif des 60.000 défaillances à fin 2016 est atteignable, mais il faudra attendre encore avant d’effacer plus de sept années de crise et revenir aux 55.000 défaillances de 2008".

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.