Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mauvais résultats trimestriels en vue pour les banques américaines

Reuters 30/09/2013 à 20:52

par Lauren Tara LaCapra

NEW YORK (Reuters) - Les résultats des grandes banques de Wall Street au troisième trimestre pâtiront de la baisse des marchés obligataires, conséquence des annonces de la Réserve fédérale sur sa politique monétaire.

Les analystes anticipent un recul de 20% à 30% des résultats dans le "fixed-income" par rapport à l'an dernier et ont commencé à revoir à la baisse leurs estimations de bénéfice pour des établissements comme Goldman Sachs et Morgan Stanley. Les mauvaises performances attendues font d'ailleurs craindre à certains professionnels de Wall Street une nouvelle vague de réductions d'effectifs, selon un trader.

Le troisième trimestre est traditionnellement une période creuse pour les activités de trading des banques, mais il s'annonce encore plus mauvais cette année avec la décision de la Fed, le 18 septembre, de laisser inchangé le niveau de ses rachats d'actifs alors qu'un début de réduction était largement inscrit dans les cours.

L'activité des banques sur le marché obligataire et la valeur de leurs portefeuilles s'en sont trouvés affectés, ce qui pèsera sur leurs résultats.

"D'après ce que je vois, c'est surtout au niveau de l'activité que cela fait mal. Ils sont très très faibles", déclare Richard Ramsden, analyste qui couvre le secteur bancaire pour Goldman Sachs.

La banque d'investissement Jefferies Group a donné un avant-goût de la situation en annonçant le 17 septembre une chute de 88% de ses résultats dans le fixed-income lors du trimestre clos le 31 août, à 33 millions de dollars contre 266 millions un an plus tôt. Jefferies n'est pas directement comparable aux grandes banques de Wall Street à cause de sa taille plus modeste et de son exercice décalé, mais ses performances bien plus mauvaises que prévu ont interpellé.

La semaine dernière, le coprésident du directoire de Deutsche Bank, Anshu Jain, a averti lors d'une conférence que les revenus de la banque dans le trading obligataire accuseraient une "baisse significative" au troisième trimestre en raison de la chute des volumes. Des responsables de JPMorgan Chase & Co, Morgan Stanley et Barclays ont tenu des propos semblables ces dernières semaines.

STAGNATION DANS LES FUSIONS-ACQUISITIONS

JPMorgan sera, le 11 octobre, la première grande banque américaine à publier ses résultats trimestriels. Les analystes prévoient en moyenne un bénéfice par action de 1,27 dollar pour la première banque américaine, contre 1,40 dollar au troisième trimestre 2012, selon le consensus établi par Thomson Reuters I/B/E/S.

Pour Morgan Stanley, le 14 octobre, le consensus donne pour l'instant un bénéfice par action de 48 cents après une perte de 55 cents un an plus tôt. Pour Goldman Sachs, qui publiera le 17 octobre, le consensus est de 2,61 dollars pour le bénéfice par action, à comparer à un gain de 2,85 au troisième trimestre 2012.

A côté du trading, les autres activités sur les marchés des capitaux devraient elles aussi décevoir.

Brad Hintz, analyste chez Bernstein, prévoit une baisse globale de 26% des revenus des activités de souscription de dette en dépit du succès de l'emprunt record de 49 milliards de dollars lancé début septembre par Verizon Communications. Pour les souscriptions d'actions, la baisse des revenus serait de 27%.

L'activité dans le segment des fusions/acquisitions (M&A) devrait elle aussi être peu rémunératrice en dépit là encore de la méga-opération de Verizon, qui a racheté pour 130 milliards de dollars la participation de Vodafone dans leur coentreprise Verizon Wireless.

Depuis le début de l'année, le volume des fusions et acquisitions n'affiche qu'une hausse de 0,8% à 1.670 milliards de dollars, selon les données de Thomson Reuters. Sans le "deal" de Verizon et de Vodafone, il serait même en baisse de 7% à 1.540 milliards.

"Le deal de Verizon et les annonces plus nombreuses de M&A en septembre ne suffiront pas à sauver le trimestre", dit Brad Hintz, qui attend une stagnation des revenus dans ce segment.

Véronique Tison pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.