Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Marks & Spencer prévoit un recul de ses résultats sur le nouvel exercice
information fournie par AOF25/05/2022 à 12:00

(AOF) - Marks & Spencer a dévoilé des profits annuels conformes aux attentes et prévenu qu’ils reculeraient sur l’exercice en cours. Sur l'exercice 2021/22, clos début avril, le groupe a réalisé un bénéfice imposable, hors éléments exceptionnels, de 522,9 millions de livres sterling, en hausse de 29,7% par rapport à l’exercice 2019/2020. « L'impact du Covid en 2020/21 rend les comparaisons avec l'année précédente moins significatives » a expliqué Marks & Spencer.

Le chiffre d'affaires a progressé de 6,9% à 10,88 milliards de livres sur la même base de comparaison.

" Le redressement des bénéfices, conjugué à la maîtrise du fonds de roulement et à un contrôle rigoureux des dépenses d'investissement, a généré un important flux de trésorerie disponible et une forte réduction de la dette nette ", a commenté le distributeur britannique. La dette nette est tombée à 2,7 milliards de livres contre 3,95 millions deux ans plus tôt.

Le distributeur souligne qu'il débute cet exercice sur la base de bénéfice imposable ajusté plus faible du fait de la fin des aides gouvernementales et de sa sortie de Russie.

" Comme nous investissons dans la croissance de la capacité d'Ocado Retail, nous prévoyons une contribution minimale de la part du résultat net aux résultats du groupe " a ajouté Marks & Spencer.

" Compte tenu de la pression croissante sur les coûts et de l'incertitude entourant la consommation, nous ne prévoyons pas actuellement de progresser à partir de cette base de bénéfices plus faible en 2022/23 " a enfin indiqué Marks & Spencer à propos de ses perspectives.

AOF - EN SAVOIR PLUS

L'explosion des "dark stores"

Huit acteurs se sont lancés sur le créneau de la livraison express. Les pionniers - le français Cajoo, le britannique Dija ou les allemands Flink et Gorillas – doivent désormais affronter le turc Getir et le russe Yango Deli. Ces acteurs rivalisent de rapidité pour ouvrir des « dark stores », surfaces de 300 à 400m 2 en rez-de-chaussée où sont préparées les commandes. Signe de la vitalité de cette activité, le turc Getir a levé en juin 2021 460 millions d’euros, ce qui valorise l’entreprise 6,3 milliards, soit presque la moitié de la valorisation de Carrefour… Les distributeurs traditionnels réagissent : Carrefour a pris une participation dans Cajoo et 900 de ses magasins proposent également la livraison de courses express (entre 20 et 40 minutes).

Magasins de centres-villes : une inquiétante baisse de la fréquentation

Entre 2013 et 2021 la fréquentation des magasins en centres-villes a chuté de quasiment 40%. Cette baisse atteint 29,4% pour les centres commerciaux sur cette même période. Procos souligne que ce mouvement résulte notamment de la multiplication de l’offre et du développement de l’e-commerce. Ce sont les petits centres-villes et les méga-centres commerciaux qui sont les plus résistants. Les premiers répondent aux besoins de proximité et les seconds exercent une force d’attraction à l’échelle régionale. Avec les Assises du commerce de décembre 2021, le gouvernement a lancé trois semaines de réflexions pour dessiner une vision à l’horizon 2030 et soutenir les investissements nécessaires aux transitions digitale et environnementale.

Valeurs associées

LSE +0.89%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.