1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mario Draghi évoque à nouveau des achats de dettes souveraines
Reuters17/11/2014 à 18:28

MARIO DRAGHI N'EXCLUT PAS L'ÉVENTUEL RACHAT DE DETTES SOUVERAINES

BRUXELLES (Reuters) - Les mesures non conventionnelles que la Banque centrale européenne (BCE) se tient prête à mettre en oeuvre si nécessaire pourraient inclure le rachat d'obligations d'Etat, a déclaré lundi son président.

Mario Draghi, qui s'exprimait devant le Parlement européen à Bruxelles, a aussi évoqué encore une fois une possible modification de la taille et de la composition du bilan de l'Eurosystème parmi les nouvelles mesures que pourrait prendre l'institut d'émission afin de garantir la stabilité des prix en zone euro à moyen terme.

L'évocation par le président de la BCE de possibles rachats de dette souveraine, autrement dit d'un programme d'assouplissement quantitatif, a fait monter l'indice européen Eurofirst 300 de 0,4% et entraîné les rendements des obligations souveraines en zone euro à leurs plus bas du jour. Le rendement de l'obligation à 10 ans italienne a perdu quatre points de base à 2,31%. Les rendements des autres obligations des Etats dits de la périphérie de la zone euro ont perdu un à deux points de base.

Mario Draghi a également déclaré que la BCE continuerait à faire "tout ce qu'il faudrait" dans le cadre de son mandat pour sauver l'euro et a réaffirmé que la monnaie unique était irréversible.

Les risques pour les perspectives économiques de la zone euro restent orientés à la baisse et la BCE surveille de près les risques sur l'évolution des prix, a ajouté Mario Draghi.

(Robin Emmott et Marius Zaharia, Patrick Vignal pour le service français, édité par Marc Joanny)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer