1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manifestation de travailleurs migrants à Foggia en Italie
Reuters08/08/2018 à 12:32

    FOGGIA, Italie, 8 août (Reuters) - Plus de deux cents
travailleurs migrants se sont mis en grève mercredi et ont
manifesté à Foggia dans le sud de l'Italie pour protester contre
la mort de seize de leurs collègues ces derniers jours dans deux
accidents de la circulation.
    Aux cris de "Non à l'esclavage", ils ont quitté le camp où
ils résident, baptisé "le grand ghetto", pour prendre la
direction du centre de Foggia, distant d'une dizaine de
kilomètres.
    Douze migrants sont morts lundi lors d'une collision entre
la camionnette bondée dans laquelle ils rentraient de leur
journée de travail et un camion. Deux jours plus tôt, quatre
migrants avaient perdu la vie dans un accident de la circulation
similaire.
    Durant les mois d'été, des milliers de migrants travaillent
dans des exploitations agricoles, notamment spécialisées dans la
production de tomates.
    Ces travailleurs étrangers sont rémunérés trois euros de
l'heure, soit la moitié du salaire minimum, et vivent dans des
campements sans eau, ni électricité.
    Les manifestants qui ont défilé à Foggia ont dénoncé une
absence de réglementation de leurs activités qui les laisse à la
merci d'employeurs sans scrupules.
    Ces ouvriers agricoles sont le plus souvent conduits sur
leurs différents lieux de travail dans des camionnettes bondées.
    "Nous sommes traités comme des esclaves mais nous n'avons
pas d'autre choix. Il n'y a pas d'autre travail pour nous ici.
Ils le savent et ils en profitent", a commenté Ibrahim Sissoko,
un ressortissant du Mali âgé de 28 ans, arrivé en Italie en
2015.

 (Crispian Balmer; Pierre Sérisier pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer