1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Maigres hausses de salaires pour les travailleurs japonais
Reuters15/03/2017 à 11:03

    par Tetsushi Kajimoto 
    TOKYO, 15 mars (Reuters) - La plupart des grandes 
entreprises japonaises ont offert à leurs salariés leur plus 
faible augmentation salariale en quatre ans, un coup dur pour le 
Premier ministre Shinzo Abe qui compte sur la consommation des 
ménages pour relancer l'économie. 
    Chaque année, les revalorisations salariales du printemps 
font figure de baromètre de la confiance des entreprises au 
Japon. 
    Toyota  7203.T , dont les salaires servent souvent d'étalon 
pour le secteur privé, a proposé mercredi une hausse de 1.300 
yens du salaire de base mensuel, soit l'équivalent d'un peu plus 
de 10 euros ou 0,36% en pourcentage. Les syndicats réclamaient 
le double. 
    Le géant automobile avait accordé l'an dernier une hausse de 
1.500 yens, et l'augmentation avait atteint 4.000 yens en 2015. 
    Nissan  7201.T  a accordé une augmentation de 1.500 yens à 
ses salariés, plus que Toyota mais moins que l'an dernier. 
Mitsubishi Electric  6503.T  et Panasonic  6752.T , deux autres 
groupes industriels emblématiques, ont pour leur part offert des 
hausses de salaire de 1.000 yens, contre 1.500 yens en 2016 et 
3.000 en 2015. 
    "C'est loin d'être suffisant pour donner un coup de fouet à 
la croissance économique et à l'inflation", commente Hisashi 
Yamada, chef économiste au Japan Research Institute. 
    En moyenne les augmentations seront d'environ 0,3%, soit la 
proportion la plus faible depuis quatre ans, ajoute-t-il. 
    La croissance réelle des salaires sera supérieure, de 
l'ordre de 2%, grâce aux augmentations automatiques liées à 
l'ancienneté. Mais là encore ce sera moins que la hausse de 
2,14% de 2016 et celle de 2,38% de 2015, qui constituait la plus 
forte progression des salaires japonais en 17 ans. 
    Le salaire de base avait été pratiquement gelé depuis le 
début des années 2000 et jusqu'à l'arrivée au pouvoir de Shinzo 
Abe fin 2012, celui-ci ayant été élu sur la promesse de relancer 
l'économie. Il avait alors exhorté les entreprises à augmenter 
les salaires et elles ont répondu favorablement, jusqu'à un 
certain degré.  
    Les revalorisations salariales sont censées alimenter un 
cycle vertueux de hausse de la consommation des ménages et de 
l'investissement des entreprises, avec pour conséquence une 
augmentation des profits. La banque centrale compte aussi sur 
les hausses de salaires pour sortir une fois pour toutes le pays 
de sa spirale déflationniste. 
    Mais ce scénario optimiste semble mal engagé. 
    D'une part les entreprises se montrent prudentes face à des 
perspectives économiques incertaines et aux fluctuations du yen, 
de l'autre les salariés ont tendance à épargner plutôt qu'à 
dépenser. 
    "On a du mal à joindre les deux bouts et l'augmentation des 
prix des produits frais fait monter le coût de la vie", explique 
une jeune ouvrière d'un groupe horloger du centre du Japon. 
 
 (avec la contribution de Minami Funakoshi, Véronique Tison pour 
le service français) 
 

Valeurs associées

Tradegate +1.29%
Euronext Paris 0.00%
LSE -99.11%
OTCBB 0.00%
OTCBB +1.36%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

11.12 0.00%
5580.38 0.00%
CGG
1.67 0.00%
1.12414 0.00%
14.625 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer