Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Madrid et Lisbonne appellent à l'union bancaire face à Berlin

Reuters13/05/2013 à 23:27

MADRID ET LISBONNE APPELLENT À MENER À BIEN L'UNION BANCAIRE

par Ingrid Melander et Julien Toyer

BRUXELLES/ MADRID (Reuters) - L'Espagne et le Portugal appellent lundi la zone euro à mener à bien l'union bancaire alors que l'Allemagne met en avant les obstacles juridiques à l'introduction de l'un des éléments clés du projet, qui est le traitement des banques en dépôt de bilan.

"Il est indispensable de nous en tenir au calendrier prévu pour l'union bancaire et de prendre des mesures qui garantissent un accès au crédit pour les ménages et les petites entreprises", a déclaré le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

"L'union bancaire est un gage de crédibilité de l'Union européenne", a-t-il dit à la presse après avoir rencontré le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho, qui a soutenu son appel à la mise en place de la réforme la plus ambitieuse de l'Union européenne à la suite de la crise financière.

Cet appel intervient alors que les ministres des Finances de la zone euro se réunissent à Bruxelles et que le ministre allemand Wolfgang Schäuble a réaffirmé sa conviction que la mise en place du mécanisme unique de résolution prévu dans le cadre de l'union bancaire nécessitait une modification des traités.

Pour éviter de revoir les traités et avancer tout de même vers une "sorte" d'union bancaire, Berlin propose de s'en tenir pour l'instant au stade intermédiaire d'un réseau coordonné d'autorités nationales de résolution bancaires, plutôt que de mettre en place une nouvelle autorité unique européenne.

"Il s'agirait d'une union bancaire avec un cadre en bois et non en acier", a-t-il écrit dans une tribune parue dans l'édition de lundi du Financial Times.

La plupart des pays et des institutions de la zone euro estiment qu'une union bancaire totale, qui contribuerait au règlement de la crise bancaire, est une nécessité urgente pour restaurer la confiance des investisseurs.

"ALLER AUSSI VITE QUE POSSIBLE"

Dans le cadre du plan, les plus grandes banques seraient supervisées par la Banque centrale européenne (BCE) à partir du milieu de l'an prochain. Un mécanisme unique de liquidation pour fermer progressivement les banques insolvables est également prévu. Quant au projet d'une garantie des dépôts commune, il ne devrait pas voir le jour avant longtemps.

Mais alors que l'instance de supervision bancaire de la BCE semble devoir être mise en place dans les délais prévus, l'autorité unique qui déciderait et financerait la fermeture des banques ne devrait pas prendre rapidement forme en raison des obstacles avancés par l'Allemagne. Une révision des traités européens prendrait des années et le nouveau traité risque d'être rejeté par l'un des parlements des 27 membres de l'UE.

Le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a jugé que la zone euro pouvait progresser vers l'union bancaire sans avoir à s'accorder au préalable sur une modification des traités, tout en se montrant ouvert à la position allemande.

"Je crois que les Allemands posent des questions qui peuvent se comprendre, auxquelles il faudra répondre. Mais je ne vois pas pourquoi cela devrait nous empêcher d'avancer sur l'union bancaire", a-t-il dit à la presse avant l'Eurogroupe.

Certains responsables politiques pensent que Berlin exige une modification des traités pour repousser la discussion après les élections législatives de septembre, qui risquent d'exposer la chancelière Angela Merkel à une grogne populaire croissante face aux renflouements de banques et d'Etat de la zone euro.

La France a également appelé à accélérer le processus.

"Nous devons aller vite, aussi vite que possible, et avoir une union bancaire globale", a déclaré le ministre des Finances Pierre Moscovici à la presse avant la réunion de l'Eurogroupe.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat


Mes listes

valeur

dernier

var.

104.7 -1.23%
0.16 +45.45%
5416.56 -0.51%
200 0.00%
6.18 -1.44%
6.7 -0.59%
0.185 +37.04%
51.22 -1.20%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.