Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Madrid crée une "bad bank" pour dégager la voie à l'UE

Reuters31/08/2012 à 20:40

CRÉATION D'UNE "BAD BANK" EN ESPAGNE

par Andrés González et Fiona Ortiz

MADRID (Reuters) - L'Espagne a annoncé vendredi une nouvelle restructuration de son secteur bancaire, la cinquième en trois ans, afin d'ouvrir la voie au plan européen destiné aux établissements du pays fragilisés par l'éclatement de la bulle immobilière.

Le gouvernement a créé une nouvelle structure de défaisance ("bad bank") dans laquelle il prévoit de cantonner les dizaines de milliards d'euros d'actifs immobiliers douteux et de prêts à risque des banques espagnoles, ce qui devrait permettre d'accélérer le nettoyage des bilans du secteur, a déclaré le ministre de l'Economie, Luis de Guindos.

La "bad bank", qui doit être opérationnelle fin novembre ou début décembre, devrait avoir une durée de vie de 10 à 15 ans, et l'objectif du gouvernement est qu'elle dégage des bénéfices sur cette période, afin de réduire autant que possible le coût à la charge de l'Etat, a expliqué le ministre.

"Les prix de ces actifs (transférés à la "bad bank") doivent permettre que la structure ne génère pas de pertes au cours de son existence, ce qui est très important pour minimiser l'impact sur les contribuables", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Luis de Guindos a aussi annoncé une nouvelle réglementation permettant à l'Etat de prendre plus rapidement et plus facilement le contrôle les banques en difficulté, ainsi qu'une baisse des rémunérations des dirigeant des banques qui auront fait l'objet d'un sauvetage et des mesures empêchant les banques de vendre des produits financiers complexes à des investisseurs non avertis.

L'Espagne a demandé en juin une aide à l'Europe pour son système bancaire, après avoir nationalisé Bankia, un gros établissement particulièrement exposé au marché immobilier, dont les besoins de capitaux s'élevaient à 19 milliards d'euros. Ses partenaires européens se sont engagés à mobiliser jusqu'à 100 milliards si nécessaire.

Le ministre de l'Economie a précisé que Bankia pourrait obtenir une aide d'urgence du gouvernement avant que les fonds apportés par l'Europe ne soient débloqués.

Au moins quatre autres banques espagnoles, déjà passées sous le contrôle de l'Etat, recevront des aides dans le cadre du plan européen.

LA LISTE DES BANQUES CONCERNÉES CONNUE APRÈS UN AUDIT

Un certain nombre d'autres établissements de crédit devraient avoir besoin d'un renflouement mais leur nom ne sera pas dévoilé avant la fin septembre, au terme d'un audit indépendant confié aux quatre grands cabinets indépendants internationaux.

En échange des actifs immobiliers qu'elles transfèreront à la "bad bank", les banques recevront des liquidités, des emprunts d'Etat ou une part du capital de la nouvelle structure de défaisance.

Les emprunts d'Etat reçus dans ce cadre pourront être utilisés comme garantie pour obtenir des liquidités auprès de la Banque centrale européenne, comme cela avait été le cas pour les banques irlandaises il y a quelques années, a expliqué Luis de Guindos.

Ce schéma a été approuvé par la Commission européenne et par le Fonds monétaire international, a-t-il assuré.

La "bad bank" sera elle-même financée par le FROB, le fonds espagnol d'aide au secteur, par des investisseurs privés et par des capitaux empruntés sur les marchés, a précisé le ministre.

Il a assuré que le montant nécessaire provenant des fonds de secours européen serait faible.

La vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, a déclaré de son côté que cette nouvelle réforme parachèverait la restructuration du secteur bancaire et permettrait de rétablir des flux de crédit normaux.

L'Etat espagnol lui-même s'efforce d'éviter d'avoir à demander un plan d'aide global pour faire face à l'envolée de ses coûts de financement et à ses propres difficultés économiques et budgétaires.

Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.16 +15900.00%
4.42 +0.14%
73.41 +0.55%
EDF
11.86 +0.47%
26.5 -0.75%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.