Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Macron tente de rassurer l'Eglise sur les questions sociétales

Reuters09/04/2018 à 23:00
    * Mise en garde de l'Eglise sur les migrants et la
bioéthique
    * La voix de l'Eglise est écoutée, ne peut être
injonctive-Macron
    * La laïcité n'a "pas pour fonction de nier le spirituel"

    PARIS, 9 avril (Reuters) - Emmanuel Macron a défendu lundi,
devant la Conférence des évêques de France (CEDF), "l'humanisme
réaliste" de sa politique migratoire et démenti tout "agenda
caché" en matière de bioéthique, s'efforçant de rassurer une
Eglise catholique qu'il a appelée à s'engager davantage. 
    Le chef de l'Etat, qui a rencontré depuis son arrivée au
pouvoir il y a près d'un an les responsables des principaux
cultes représentés en France, était l'invité de cette première
rencontre de ce type organisée au collège des Bernardins à Paris
par la CEDF. 
    Cette dernière est sortie de sa réserve à plusieurs reprises
ces derniers mois pour dénoncer la politique migratoire du
gouvernement - jugée "inhumaine" par ses détracteurs - et mettre
en garde contre toute nouvelle législation en matière de
bioéthique, notamment sur les questions de la GPA et de la PMA. 
    "Sur les migrants, on nous reproche de ne pas accueillir
avec assez de générosité ni de douceur, de refouler les mineurs
isolés, on nous accuse même de laisser prospérer des violences
policières", a déclaré Emmanuel Macron devant quelque 400
invités. 
    "Mais, à dire vrai (...), nous tentons dans l'urgence de
mettre un terme à des situations dont nous avons hérité -
je pense ici aux délais de traitement administratifs mais aussi
aux conditions d'octroi des titres de réfugiés", a-t-il ajouté. 
  "C'est la conciliation du droit et de l'humanité que nous
tentons (...) C'est le cap de cet humanisme réaliste que j'ai
fixé", a-t-il poursuivi, insistant sur l'importance de tenir ces
principes "parfois contradictoires". 
    A un mois de la fin des Etats généraux de la bioéthique, le
chef de l'Etat a également démenti "tout agenda caché" et
réaffirmé ses positions - hostilité à la législation de la GPA
qui pose selon lui "une question sur la dignité du corps de la
femme" et un avis "insuffisant" du Comité consultatif national
d'éthique (CCNE) sur la PMA. 
    Ecoutée, la "voix de l'Eglise ne peut être injonctive",
a-t-il estimé. "Notre société aura à s'exprimer de manière
pleine et entière. Nous ne sommes pas là face à un problème
simple qui pourrait se trancher par une loi seule, mais face à
des débats moraux, éthiques, profonds qui touchent au plus
intime de chacun d'entre nous."  
    
    "REPARER LE LIEN"
    Le quinquennat de François Hollande avait été marqué sur le
plan sociétal par l'adoption de la loi ouvrant le mariage et
l'adoption aux couples de même sexe - qui avait provoqué de
nombreuses manifestations - et par l'adoption à l'unanimité
d'une loi sur la fin de vie instaurant un droit à la "sédation
profonde et continue".  
    "Nous partageons confusément le sentiment que le lien entre
l'Eglise et l'Etat s'est abîmé, et qu'il nous importe à vous
comme à moi de le réparer", a dit Emmanuel Macron, demandant aux
Catholiques de ne pas se "sentir aux marches de la République,
mais de retrouver le goût et le sel du rôle qu' ils  y  ont  
toujours joué".
    "Dans ce moment de grande fragilité sociale, quand l'étoffe
même de la nation risque de se déchirer, je considère de ma
responsabilité de ne pas laisser s'éroder la confiance des
catholiques à l'égard de la politique - et des politiques",
a-t-il souligné. "La France a été fortifiée par l'engagement des
catholiques, certains pourront considérer que de tels propos
sont en infraction avec la laïcité (...) mais reconnaître les
uns n'est pas diminuer les autres".
    "Je considère que la laïcité n'a certainement pas pour
fonction de nier le spirituel au nom du temporel, ni de
déraciner de nos sociétés la part sacrée qui nourrit tant de nos
concitoyens", a-t-il souligné. 

 (Marine Pennetier, édité par Jean-Philippe Lefief)
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

6.89 -1.43%
AXA
21.42 +0.73%
2948.69 +0.79%
13.235 +0.65%
18.455 -1.26%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.