1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Macron : «Ne pas attendre la croissance comme on attend la mousson»
Le Parisien27/01/2015 à 12:53

Macron : «Ne pas attendre la croissance comme on attend la mousson»

Sans envolée, sans emportement - et sans cravate -, Emmanuel Macron défend des réformes. Le ministre de l'Economie était ce mardi matin l'invité d'Europe 1 pour «vendre» sa loi pour «la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques», dont l'examen a commencé à l'Assemblée nationale lundi après-midi, après des heures de discussion en commission.

«Nous avons besoin de conduire des réformes pour accroître la vitalité de notre économie, pour améliorer la situation de nos entreprises. On aurait pu faire un plan de relance français. Ça n'aurait pas de sens au regard de nos déficits publics», a-t-il expliqué, alors que ce texte, que certains de ses opposants disent «fourre-tout», comporte «une dizaine de réformes importantes, qu'il juge pour certaines historiques». S'il «ne faut pas attendre la croissance comme on attend la mousson», a-t-il averti, il faut au contraire répondre à cette «vitalité économique dans notre pays, (à ces) personnes qui veulent créer, investir, et parfois, trop souvent, des règles l'empêchent».

«Des ouvertures le dimanche partout où ça crée de l'activité»

Le ministre est revenu sur les sujets largement discutés, tels l'ouverture des commerces jusqu'à douze dimanches par an, la transparence des tarifs notariaux, leur liberté d'installation, la libéralisation des transports en autocars. Sur les dimanches, le texte de loi prévoyait à l'origine d'ouvrir cinq fois par an. A coups d'amendements, l'éventail sera, si le texte est voté, de zéro à douze ouvertures par an. «Ce n'est pas un recul, c'est cohérent par rapport à la philosophie de ce texte, argue le ministre. Partout où ça a du sens, où ça crée de l'activité, il y aura des décisions (d'ouverture). Il faut laisser de la liberté aux élus locaux, là, aussi, où la population le demande».

Un étudiant encarté à l'UMP intervient à l'antenne pour se dire favorable à ce que la mesure ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

14 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frenchto
    27 janvier13:42

    le fait qu'il ait un VW est rédibitoire pour moi. Il faut des ministres qui achètent français et surtout pas des voitures de beaufs

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer